POLITIQUE

•  FABRE Nathalie • Jeudi 14 juillet 2011 à 0h43

Long, long très long ! Trop long ?

Le tourisme social au cœur des débats.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le tourisme social au cœur des débats.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le nouveau conseil régional, dans le quartier de la Confluence.

Première session plénière du Conseil régional dans les nouveaux locaux de la Confluence à Lyon. Le jugement ne porte pas sur la teneur des débats mais sur la longueur. Et l’adage n’a jamais été aussi vrai qui veut que les discours les meilleurs soient les plus courts. Mais à la région Rhône Alpes, on aime à approfondir les sujets. Et arrivés depuis 9 heures le matin en séance plénière, ce n’est que 12 heures plus tard, que Jean-Jack Queyranne, président de cette « studieuse » assemblée y mettra un terme. Séance bien évidemment ouverte au public… aguerri ! Sinon ce n’est pas la peine d’essayer de venir suivre une telle audience. Difficile pour les élus régionaux de faire comprendre leurs actions auprès de leurs administrés quand on voit sur quoi portent les amendements. Un mot de trop dans une délibération et voilà que les élus écologistes demandent à ce qu’elle soit réécrite. Une tournure de phrase heurtant la sensibilité d’un autre groupe et voilà que les discours reprennent sur la sémantique. Non pas que la forme importe peu. Mais le fond dans tout ça se noie dans un brouhaha de palabres qui au final, achève de convaincre même le plus téméraire des auditeurs, de la bizarrerie du travail de l’élu. Si à cela vous ajoutez les va-et-vient dans l’hémicycle et pour cause, qui peut rester douze heures d’affilé sans bouger, on n’en retient que l’effet d’une ruche où s’activent 156 abeilles !


Tourisme social, infrastructures et sécheresse


À l’ordre du jour toutefois des dossiers qui sortent du lot ou qui créent des désaccords notamment l’atelier citoyen vie associative qui donne la parole aux Rhônalpins (43 tirés au sort) lors de réunions ponctuelles sur des thèmes divers. Un film les concernant et les montrant en pleine réflexion est projeté sur le tout nouvel écran de l’hémicycle. Mais dans les rangs c’est le chahut surtout dans le groupe UDC et apparentés. Car il n’apprécie pas qu’on lui « resserve une fois de plus le couplet sur la démocratie participative ». Ce qui fait même dire à l’un d’entre eux, élu de l’Isère, Fabrice Marchiol : « qu’à force de verbiage où se mêlent démocratie participative, concertation, représentation, la définition initiale de la République est peu à peu dépecée et on se demande à quoi sert l’élu, élu du peuple ».

Autre sujet mais porté cette fois-ci par le Front de Gauche et les Écologistes et notamment les élus savoyards Claude Comet et Antoine Fatiga, le tourisme social. Partant du constat que deux tiers des Rhônalpins ne partent pas en vacances, ils proposent qu’une aide soit apportée afin d’envoyer les jeunes en vacances dans le cadre d’un tourisme social et solidaire. Et à titre d’exemple de citer une opération menée voilà quelques semaines en Savoie par l’Unat Rhône Alpes (Union nationale des associations de tourisme et

de plein air) et quatre organisations syndicales confédérées régionales, la CFDT, la CFECGC, la CFTC et la CGT, qui a permis à 1 100 participants de venir de toute la région découvrir la montagne et ses sports inhérents. Cette délibération souhaitait aussi favoriser la pérennité des structures sociales existantes type centres de vacances et créer une maison commune du tourisme où tous les acteurs du tourisme social et des partenaires pourraient se réunir et proposer des idées à la Région.

Autre rapport, autre interprétation des faits : le Schéma national des infrastructures de transport dit aussi Snit. Ce schéma est un outil voulu par l’État pour permettre la mise en œuvre des orientations du Grenelle de l’Environnement en matière d’infrastructures de transports : développement de modes de transports alternatifs à la route, amélioration de l’accessibilité des territoires, réductions des pollutions locales, recherche de l’efficacité énergétique. Il doit aussi préciser la façon dont l’État entend soutenir les collectivités territoriales dans le développement de leurs propres réseaux de transport. C’est pourquoi il est demandé à la Région Rhône Alpes de donner son avis sur ce schéma par voie de délibération. Pour les verts, il s’agit là d’un catalogue à la Prévert, qui propose un empilement d’infrastructures. Pour le Front de Gauche, le compte n’y est pas. Pour lui, une politique d’affichage ne fait pas un politique des transports.

Bruno Goldnisch au nom du Front national lui déplore que ne soit pas inscrite une liaison d’autoroute entre Grenoble et Nice laissant ainsi tout passer par la vallée du Rhône. Jean-Jack Queyranne précise que cette autoroute ne se réalisera jamais. « C’est un vieux serpent de mer que de faire croire aux Rhônalpins que cette infrastructure verra le jour ». Ce à quoi, Fabrice Marchiol (UDC et apparentés) répondit que « le Valence Grenoble s’est fait même si cela a pris 20 ans. C’est la volonté politique qui a permis cette réalisation, là réside toute notre différence. L’autoroute Grenoble Sisteron peut très bien voir le jour aujourd’hui car les trois conditions qui pouvaient l’empêcher sont tombées : le tracé, la technique et le financier. Le seul argument qui ne soit pas tombé c’est l’argument politique. Le Grenelle de l’environnement nuit à sa réalisation, car vue de Paris, une nouvelle autoroute dans les Alpes nuit à la mode de l’environnement ».

Le seul rapport qui verra se mettre tout le monde d’accord c’est la délibération votée à l’unanimité en faveur des agriculteurs dégageant notamment un soutien immédiat pour les éleveurs les plus touchés par la sécheresse. Cette aide sera répartie selon les déficits constatés par les commissions et arrêtés préfectoraux départementaux. Elle pourra se révéler de différentes manières.

Toute tentative de croire qu’il existe un lien entre ce vote à l’unanimité et un climat électoral à favoriser serait évidemment infondée.


Nathalie Fabre

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article