ÉGLISES

•  LEHEMBRE Cyril • Dimanche 1 juillet 2012 à 0h45

Renaud, jeune prêtre

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

L’évêque lui impose les mains. Chacun des prêtres présents font de même pour l’accueillir officiellement dans le presbytérium, tandis qu’est prononcée la prière de l’ordination. Désormais, ses ouailles de Saint-Jean-en-Royans, de Romans ou d’ailleurs peuvent l’appeler « Père ». Un peu étonnant quand on connaît le jeune âge de Renaud de Tarlé. Sans doute continuera-t-on à s’adresser à lui par son prénom.

Il n’empêche, ce Valentinois de 27 ans vient d’être ordonné prêtre par Mgr Lagleize, dimanche 24 juin, à la cathédrale de Valence. Un sacerdoce auquel il s’est préparé depuis de nombreuses années déjà, dès l’enfance, au sein d’une famille où a toujours été cultivée la « notion de service et d’engagement » (lire notre édition des jeudis 13 et 20 octobre, à l’occasion de l’ordination diaconale de Renaud de Tarlé). Son parcours n’a que peu rompu avec le milieu catholique : Scout d’Europe à 8 ans, élève au collège et lycée Saint-Victor de Valence, étudiant en histoire à Lyon II, où il fonde d’ailleurs un groupe de prière, séminariste à Saint-Irénée à Lyon, envoyé en Inde en 2007 pour s’occuper d’enfants handicapés de Calcutta, en insertion pastorale à Crest et à Saint-Jean-en-Royans ces deux dernières années.

L’ordination presbytérale de dimanche reste dans la logique de ce cheminement. « Qui sera Renaud de Tarlé ?  » a interrogé Mgr Lagleize, lors de l’homélie. « Une question que d’aucuns peuvent se poser, qui semble légitime, mais qui est en réalité un peu décalée par rapport à toute l’ampleur que représente la tâche d’être ministre d’Église ». Et de citer : « L’Église a besoin de ceux qui connaissent le monde et qui se vouent à la parole divine, en cela, ton expérience en Inde, Renaud, a été précieuse ».


Sous la protection de Saint-Jean


Ordonné un 24 juin… jour de la nativité de Saint-Jean-le-Baptiste. Un signe, sans doute, pour le jeune Drômois. C’est à la Primatiale Saint-Jean-Baptiste à Lyon qu’il avait fait part, à Mgr Lagleize, de son désir de devenir prêtre. C’est à Saint-Jean-en-Royans qu’il a été envoyé en insertion durant deux ans avant d’être ordonné diacre en vue de la prêtrise.

« J’ai pensé que cela ne devait pas être un hasard  », a déclaré Renaud de Tarlé à la fin de la cérémonie, invitant quiconque sentant une vocation à le rejoindre lui et ses confrères du presbytérium. « Oui, il y a du bonheur à cheminer à la suite du Christ dans le sacerdoce », a-t-il lancé à la ronde.


Nommé dans le Nord puis le Sud Drôme


Le voici désormais prêtre associé dans l’unité pastorale la Romanaise (paroisses Notre-Dame des collines de l’Herbasse, Saint-Jacques-en-pays de Romans, Sainte-Claire en Dauphiné, Saint-Pierre des monts du Matin, Sainte-Marie-en-Royans-Vercors) jusqu’au 1er septembre, date à laquelle il officiera comme curé à l’unité pastorale des Portes du soleil (paroisses Notre-Dame du Rhône, Sainte-Anne-de Bonlieu, Saint-Marcellin-Champagnat au Tricastin) durant au moins six années. Du Nord Drôme au Sud Drôme. De Romans à Montélimar. Mais sans doute Renaud de Tarlé ira-t-il encore plus loin ; il l’a déjà fait.

Cyril Lehembre

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article