ÉGLISES

•  LEHEMBRE Cyril • Dimanche 23 septembre 2012 à 0h23

2500 jeunes attendus en Galaure

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Eux ont le foulard noué sur la poitrine, la chemise vert pâle, un bermuda ou un pantalon long selon les saisons et parfois le béret sur la tête. Elles sont vêtues de bleu, chemises et jupes (plus foncées), avec le béret et bien entendu avec le foulard autour du cou. Par l’uniforme, garçons d’un côté, filles de l’autre marquent bien leur appartenance au mouvement d’Église des Scouts et Guides d’Europe.

Environ 2500 jeunes de la province lyonnaise de l’association des Guides et Scouts d’Europe (AGSE) qui regroupe les districts de l’Ain, du Beaujolais-Val-de-Saône, de Lyon, des deux Savoie, du Dauphiné et de la vallée du Rhône sont attendus en Drôme pour un pèlerinage de rentrée. Ce grand rassemblement aura lieu à Châteauneuf-de-Galaure, ce dimanche 23 septembre.

« Nous avons prévu d’organiser ce rendez-vous en quatre tronçon de marche, en fonction de l’âge des enfants et de leur sexe, puisque garçons et filles sont séparés dans notre mouvement », annonce Ghislaine Claret, chargée de communication de l’AGSE. « Les petits louveteaux et louvettes, âgés entre 8 et 11 ans, seront néanmoins regroupés pour des raisons d’ordre pratique et auront moins de chemin à parcourir que leurs aînés. Eux partiront de Saint-Bonnet pour accomplir trois kilomètres pour parvenir à Châteauneuf-de-Galaure ».

Le foyer de Charité de Châteauneuf sera effectivement le point de convergence des quatre tronçons. Les éclaireurs (13 à 16 ans garçons) partiront d’Anneyron (8 km), les guides (13 à 16 ans filles) de Saint-Avit (6 km) et les routiers guides aînées (également regroupés pour l’occasion) viendront de La Motte-de-Galaure (6 km).

« Les plus âgés auront le privilège de se rendre à la maison de Marthe Robin, à la Plaine », souligne Ghislaine Claret. « On s’est dit que cette figure de l’Église pouvait servir d’exemple aux plus grands, qui commencent à construire leur vie d’hommes et de femmes et qui sont en plein approfondissement spirituel. Elle symbolise une vie de service, de prière et de dévotion qui ne manquera pas de les faire méditer, y compris les jeunes Drômois qui vivent à proximité et la connaissent bien ».


2500 jeunes dont 350 Drômois


Parmi les milliers de pèlerins, la plupart des 350 Drômois inscrits dans l’AGSE pourrait bien participer au rassemblement de dimanche qui sera notamment marqué par une messe présidée par Mgr Lagleize, à l’église de Châteauneuf à 14 h 30. Quant aux éclaireurs et guides, ils attendront avec impatience la remise du trophée « Pierre Joubert » aux deux patrouilles (filles et garçons) les plus méritantes. « Le trophée Pierre Joubert, écrivain qui a beaucoup collaboré à des revues scoutes, est l’aboutissement d’un concours ludique visant à récompenser celles et ceux qui ont le plus progressé dans les valeurs morales du scoutisme », note Ghislaine Claret. « Il ne s’agit nullement d’une compétition, car, quelque part, tout le monde y gagne puisque chaque patrouille s’est efforcée de faire de son mieux, et ceux qui ne remportent pas le trophée peuvent se réjouir pour ceux qui l’ont gagné ». Pour l’anedocte, le prix est tout de même un voyage de cinq jours à Rome. Tout un symbole.

Car ce qui est au centre de l’éthique des Scouts et Guides d’Europe, c’est avant tout les valeurs humaines, chrétiennes et la foi. Nul doute que la journée de dimanche 23 septembre les portera au plus haut.

Cyril Lehembre




Les spécificités du mouvement

Le mouvement des Scouts et Guides d’Europe (comme ceux de France) s’inspire de l’initiative de l’Anglican Baden-Powell en 1907. Dans les années vingt, le Père jésuite Sevin est allé le voir et a appliqué le système anglican des Scouts pour le « catholiciser ». C’est la création des Scouts de France. Après la deuxième guerre, le Breton Perrig Géraud-Kaeraot crée les Scouts et Guides d’Europe. Ils se différencient des premiers par la séparation des filles et des garçons, de même que par la volonté d’appartenir et de soutenir le projet d’une Europe unifiée. L’appartenance religieuse au catholicisme est également plus marquée que chez les Scouts de France et les règles un peu plus strictes, avec notamment le port de l’uniforme impeccable. Le mouvement a cinq objectifs clairs : former la personnalité ; donner à chacun le sens du concret et de la « débrouille » ; façonner la notion de service à autrui ; développer la santé, l’hygiène, le respect de son propre corps et de celui des autres ; renforcer la foi en Dieu.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Au moment de la promesse, le jeune énonce ce qui suit : « sur mon honneur, sur la Grâce de Dieu, je m’engage avec sérieux, de mon mieux envers Dieu, l’Église, ma patrie et l’Europe, à aider en toute circonstance et à observer la loi scoute ».

Réagissez

Réagir à cet article