SOCIÉTÉ

•  DUMAS Cyprien • Mercredi 16 janvier 2013 à 8h24

2013, année du renouveau ?

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

À l’image du contexte économique, l’année 2012 a été difficile pour l’immobilier. En Drôme, comme en Ardèche. « On est dans une période transitoire, note Philippe Cuer, président de la FNAIM Drôme/Ardèche. C’est compliqué pour des raisons purement économiques. »


Les transactions font grise mine


Selon l’agent immobilier valentinois, la baisse moyenne des transactions serait de l’ordre de 20 %, par rapport à 2011, selon les zones. Achats et ventes confondus. « Il y a une contrainte : celle de l’insécurité de l’emploi, relève Philippe Cuer. Les gens ont du mal à se lancer et cela crée une période d’attentisme entre l’acheteur et le vendeur. » En 2013, les choses devraient quelque peu s’améliorer, si l’on en croit le professionnel (« On aimerait que ça bouge »). Car malgré la chute des transactions, les prix ont du mal à baisser eux aussi. De leur côté, les banques demandent des garanties toujours plus contraignantes et ont tendance « à ne pas jouer le jeu, selon le président de la Fnaim 26/07. Les primo accédants sont les plus touchés. Il serait intéressant que le prêt à taux zéro (PTZ+) concerne de nouveau le logement ancien. »


La location toujours au vert


Côté location, « le marché fonctionne bien », dixit Philippe Cuer. L’offre reste en effet supérieure à la demande. Un phénomène qui s’accroît d’année en année, du fait que de nombreux immeubles sortent de terre en Drôme comme en Ardèche. Il faut dire que le dispositif Scellier (programme de défiscalisation d’impôt sur les investissements immobiliers, ndlr) a motivé les investisseurs. Oui, sauf que depuis le 31 décembre, ce programme n’est plus en vigueur. « On attend désormais ce que va proposer Cécile Duflot (Ministre du logement) », s’impatiente le professionnel de l’immobilier. Sous quelles formes ? Comment ? Telles sont les véritables questions. Il n’empêche que le logement neuf est toujours plus prisé que l’ancien. « On assiste à un déplacement des populations car les logements neufs sont moins énergivores que les anciens, analyse le président de la Fnaim. Il faudrait que le prochain dispositif pousse les propriétaires à faire des travaux, sans pour autant qu’on assiste à une hausse des loyers et surtout des charges. » Ramener le logement au prix du marché, tel est le vœu le plus cher de Philippe Cuer pour 2013.

Cyprien Dumas

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • pleinciel

    on en sait maintenant un peu plus sur le dispositif qui a remplacé le scellier, il s’agit de la loi duflot (http://www.la-loiduflot.org )..Dispositif qui n’a pour le moment pas vraiment rencontré son public d’ailleurs car seulement 30 000 logements ont été vendus sous cette loi alors qu’on en attendait entre 40 et 50 000.