ÉCONOMIE

•  Fournier Julie • Lundi 25 mars 2013 à 9h00

Créer un environnement favorable aux entreprises

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Le préfet a présenté le bilan de la médiation du crédit et les mesures de soutien à l’économie. Mise en place en 2008 en plein cœur de la crise, la médiation du crédit permet d’aider tout chef d’entreprise qui rencontre avec sa ou ses banques des difficultés pour résoudre ses problèmes de financement ou de trésorerie. Un dispositif d’Etat gratuit et efficace qui a permis de conforter plus de 16 000 entreprises depuis 2008 et ainsi de sauvegarder 293 444 emplois. C’est donc en toute logique que l’Etat a décidé de renouveler pour deux ans cette mission de médiation, confiée depuis le début de l’année à Jeanne-Marie Prost. Et ce n’est pas la seule mesure de soutien à l’économie proposée.

« Le président de la République a rappelé dans son discours du 12 mars qu’il fixait un cap pour la France avec trois axes : rééquilibrer les comptes publics, redresser la production française et réduire le chômage » a expliqué le préfet de la Drôme Pierre-André Durand à l’issue de la réunion du comité départemental de suivi du financement de l’économie et de l’emploi. « Dans la Drôme, le taux de chômage est de 11 %, ce qui en fait le plus élevé de la région. Pour soutenir ces personnes au chômage, nous avons mis deux dispositifs nouveaux en place que sont les emplois d’avenir qui sont en train de monter en puissance et le contrat de génération qui vient d’être voté. Mais le président a aussi vu la nécessiter de créer un environnement favorable au développement des entreprises et c’est dans ce cadre qu’est né le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi. » Un pacte de 35 mesures parmi lesquelles la création d’une Banque publique d’investissement (BPI) et la mise en place d’un crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi font office de mesures phares. Pour ce qui est de la BPI, « elle est sur les rails avec une 1ere réunion qui s’est tenue il y a trois semaines » précise Erik Blache, délégué régional Oseo Drôme-Ardèche qui porte cette BPI. Cette banque a pour missions d’offrir des instruments de soutien financier aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire, en conformité avec les règles européennes, et progressivement de proposer des services d’accompagnement et de soutien renforcé à l’innovation et à l’export, qui seront accessibles pour les entreprises grâce à des guichets uniques dans chaque région. Quant au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui équivaut à une baisse de cotisations sociales, il s’applique depuis le 1er janvier 2013. Il s’agit en fait d’une réduction de l’impôt à acquitter en 2014 au titre de l’exercice 2013. Cela représentera une baisse des coûts pour les entreprises d’environ 4 % en 2013, puis 6 % à partir de 2014 de la masse salariale brute en dessous de 2,5 Smic. Et dès la première année, les PME pourront bénéficier de ce CICE sous forme d’une avance de trésorerie. Selon le Gouvernement, à horizon de 5 ans ce crédit d’impôt permettra la création d’au moins 300 000 nouveaux emplois.


Julie Fournier



Le bilan dans la Drôme

Si en France le dépôt de dossier en médiation a diminué de 10 %, dans la Drôme les choses se sont stabilisées avec 37 dossiers déposés en 2012, pour 21 entreprises ayant obtenu satisfaction. Il est à noter que 93 % des entreprises en médiation sont des TPE ou des PME de moins de 50 salariés.

Depuis 2008, la médiation du crédit a contribué dans le département à conforter 172 sociétés dans leur activité, à débloquer 44,9 M € de crédit, et à préserver 5 950 emplois. « C’est un dispositif utile et il faut continuer à en parler » affirme avec conviction Geoffroy de Vimal, directeur de la Banque de France de la Drôme.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article