POLITIQUE

•  LEHEMBRE Cyril • Mardi 2 avril 2013 à 9h00

« Pour être audible, il faut choisir son camp »

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Il part aujourd’hui avec la droite. Il fait partie de la liste de Patrick Labaune (UMP), actuel député de la première circonscription de la Drôme, et candidat aux Municipales 2014 sur Valence. Mais il n’en n’a pas toujours été ainsi pour Gaëtan Konieczny. Ce jeune Valentinois de 24 ans, centriste convaincu, ne voulait pas d’alliance lorsqu’il est entré en politique, à la fin des années deux-mille. « En 2007, quand François Bayrou a culminé à 18 % lors de l’élection présidentielle, j’ai cru que le centre pouvait devenir la troisième force politique en France », se souvient-il. « L’année suivante, j’ai adhéré au Modem parce que j’ai été séduit par le fait qu’on pouvait mener une politique qui soit ni de droite ni de gauche. Cela me semblait une alternative crédible, à l’époque. Je ne voulais pas être prisonnier d’une idéologie. J’avais cette conviction forte, et j’ai milité dans les rangs du Mouvement démocrate pendant des années. J’ai toujours cette conviction, mais il faut être réaliste, le bipartisme est encore fortement ancré dans les mentalités françaises ».

En janvier 2009, cet étudiant de Sciences pô à la faculté de Lyon 2 est nommé responsable pour la Drôme des jeunes démocrates de moins de trente ans. Deux ans plus tard, il est élu au conseil national du Modem, se rapprochant de son leader François Bayrou et travaillant fréquemment avec Rosalie Kerdo, représentante du parti dans la Drôme. En 2012, il aide celle-ci dans sa campagne des législatives, mais le faible score réalisé par le Modem lors des deux élections le déçoit. « Des erreurs politiques ont été commises, notamment par François Bayrou », analyse-t-il. « Lors du deuxième tour de la présidentielle, il aurait dû affirmer une stricte neutralité. Son choix de voter François Hollande était justifiable sur un plan personnel, mais c’était une erreur de stratégie de l’afficher ainsi, d’autant que le leader du Parti socialiste a nettement refusé la main qu’il lui avait tendu. Cela n’a fait que diviser les personnes au sein même du Modem entre un tiers de ceux qui se prononçaient pour Hollande, un tiers de ceux qui se prononçaient pour Sarkozy et un tiers qui voulaient une stricte indépendance. Cela a semé le trouble aussi dans l’esprit des électeurs et personnellement, cela m’a fait réfléchir ».


Une indépendance penchant à droite


Au début de l’été, Gaëtan Konieczny ne reprend plus sa carte au Modem qui implose, du reste, dans le courant de l’automne, sur le département de la Drôme, notamment après la création de l’Union des démocrates indépendants par Jean-François Borloo. Dans l’intervalle, il a adhéré à la Force européenne démocrate (FED), réunissant des personnalités du nouveau centre et certaines aussi du Parti radical valoisien. « Le choix d’indépendance totale d’un parti centriste n’est pas viable comme on aurait pu le croire en 2007, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut entrer dans la désunion des centres », assure le jeune homme. « L’idée d’une fédération comme celle de Borloo permet à la fois, à chaque courant, de garder sa personnalité, mais de se sentir épaulé et de pouvoir nouer des alliances. L’UDI affiche clairement son indépendance avec un penchant plutôt à droite, lorsqu’il s’agit de s’allier. Puisque le Parti socialiste refuse notre collaboration, pressé qu’il est par l’extrême-gauche de Mélanchon, les centristes ne peuvent aujourd’hui obtenir des sièges ou des postes municipaux que s’ils s’allient à la droite, c’est mon avis. Pour être audible, il faut choisir son camp ».

D’où son engagement dans l’équipe de Patrick Labaune pour les Municipales 2014 sur Valence, une liste « d’ouverture » d’après l’ancien maire. Mais Gaëtan Konieczny est désormais adhérent de l’UDI. En Drôme, lui-même des jeunes forces démocrates du FED y joue le rôle de coordinateur des jeunes aux côtés de Julie Fabert (Parti radical valoisien) et Pierre-Élie Dolgy (Nouveau centre). Une pluralité qui lui sied bien et qu’il revendique aujourd’hui.


Cyril Lehembre

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article