ÉGLISES

•  LEHEMBRE Cyril • Vendredi 19 avril 2013 à 9h00

L’histoire du concile en 18 panneaux

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Nicée. Vatican 2. La boucle est bouclée entre le premier concile œcuménique de l’histoire (Nicée, 325) qui a donné son nom à l’espace culturel de la médiathèque départementale des sciences religieuses et le dernier, celui qui avait été convoqué par Jean XXIII en 1962 à Rome. Dans cet espace Nicée de la maison du Bon Pasteur à Valence, une exposition sur Vatican 2, montée par les membres du pôle église et culture et les salariés de la bibliothèque diocésaine, est visible jusqu’à la fin août en entrée libre. Yves Chauché, l’une des chevilles ourvières de cette exposition, a précisé que les 18 panneaux, réalisés grâce à l’aide technique de Dominique Martin, avaient « tous été doublés » pour en faire aussi une exposition itinérante pouvant intéresser d’autres régions de France. Car l’histoire du concile, loin de seulement concerner les catholiques drômois, a une dimension universelle.

C’est en tout cas ce qui ressort du travail effectué sur une année par l’ensemble des initiateurs de l’exposition. Un ouvrage qui fait suite à trois autres en ces lieux (sculptures de Chantal Bert en 2011, icônes de Saint-Jean Damascène sur le thème de la « Trinité » en 2012, calligraphies et enluminures, début 2013). Ce parcours très pédagogique, accessible à tous, se montre très précis à la fois sur la petite histoire des conciles depuis les origines, les circonstances de l’ouverture de Vatican 2, son déroulement, sa préparation, son organisation, les participants, son esprit et bien entendu ses décrets, sans oublier un portrait des deux papes concernés Jean XXIII et Paul VI. À cela s’ajoutent quelques aspects plus critiques, tel un panneau sur les « médias et le concile », « les observateurs et les auditeurs », « des débats parfois difficiles » ou encore « les fruits du concile et Vatican 2 aujourd’hui ».


« Une gageure »


Un travail passionnant. « Mais aussi une gageure », a déclaré Yves Chauché, lors du vernissage de l’exposition. « Huit personnes ont planché durant une année entière pour approfondir et en même temps donner une synthèse accessible des trois sessions du concile, ce qui représente 600 pages de textes à éplucher. Nous avons essayé aussi de faire émerger l’ambiance du concile, et de montrer comment cet événement a orienté la vie de l’Église, influencé les autres religions et s’est inscrit dans la vie civile ».

Une universalité qui n’a d’ailleurs pas échappé au maire de Valence, venu visiter l’exposition pour l’occasion, et rappelant que la ville s’intéressait déjà à l’histoire des religions pour avoir accueilli au parc des expositions « Quantara » en 2010 et « la Bible patrimoine de l’humanité » en 2012. « Ce qui ressort de Vatican 2, c’est aussi la liberté religieuse », a ainsi souligné Alain Maurice. « En tant que maire, j’ai une vision de la laïcité s’appuyant sur les textes, la République garantissant la liberté de culte. Que l’on soit croyant ou non, on a des choses à apprendre de notre histoire religieuse ». Et citant Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et des relations avec les religions : « Croire, c’est chercher des réponses à des solutions pour lesquelles la République laïque n’a pas à se prononcer ».


« Message d’amour de l’Église à l’humanité »


De son côté, l’évêque de Valence est revenu sur une dimension plus spirituelle. « Pour les catholiques, Vatican II est une œuvre de l’Esprit-Saint », a-t-il affirmé. « Non seulement il représente le travail collégial des évêques, le testament de Jean XIII ou encore l’appel à la paix de Paul VI, notamment lors d’un discours à l’Organisation des nations unies, mais aussi un acte d’amour de l’Église en direction de l’humanité. En ce sens le concile n’est pas fini ».

En Drôme, il se poursuivra notamment par la tenue prochaine d’un synode diocésain.


Cyril Lehembre



Yves Chauché honoré de la médaille du mérite diocésain

Lors du vernissage de l’exposition Vatican 2 qui s’est déroulée jeudi 4 avril, Mgr Lagleize avait annoncé une « suprise ». Il s’agissait de la remise de la médaille du mérite diocésain à Yves Chauché, très investi au sein du pôle église et culture « et qui a rendu de nombreux services au diocèse », a déclaré l’évêque de Valence. Cet hommage mérité pour ce Valentinois féru d’histoire locale et générale récompense aussi le travail de longue haleine de plus d’une année du pôle église et culture composé en outre du vicaire général le Père Pierre Charignon, du diacre Christophe Jantzen, d’Anne-Noëlle Clément, de Cécile Migayrou, responsable de la médiathèque et de Michel de Bidour, professeur lyonnaise à la retraite, récemment installée à Dieulefit.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article