POLITIQUE

•  LEHEMBRE Cyril • Mercredi 10 juillet 2013 à 9h00

Gisèle Telmon obtient l’investiture

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Un parti. Deux candidates. Depuis l’automne 2012, Romans-sur-Isère est le théâtre d’une concurrence acharnée pour obtenir l’investiture de l’UMP en vue des municipales 2014. D’un côté, l’ancienne députée de la quatrième circonscription, Marie-Hélène Thoraval, conseillère municipale d’opposition. De l’autre, Gisèle Telmon, élue de Bourg-de-Péage, qui avait décidé à la fin de l’année dernière de traverser les rives de l’Isère pour tenter sa chance dans la cité de Jacquemart. Toutes deux briguent le fauteuil de premier magistrat. Toutes deux, encartées UMP, ont demandé l’aval officiel de leur parti, avant de démarrer leur campagne. La commission nationale d’investiture de l’UMP a tranché, mardi 2 juillet au soir, afin de désigner sa représentante sur Romans. C’est Gisèle Telmon qui a été investie.

« J’en suis très fière, très heureuse », confiait-elle au lendemain de la décision prise par l’instance interne au parti. « Sans investiture, c’est toujours difficile d’établir un programme. Mais dans le contexte local, cela permet de clarifier les choses, parce que cela faisait des mois que c’était tendu sur Romans. Toutefois il n’y a pas de légitimité à rechercher de façon officielle, une candidature est légitime en politique à partir du moment où l’on a envie de se battre pour l’intérêt général ». Et pour l’actuelle conseillère municipale péageoise, traverser le pont au-dessus de l’Isère n’est pas illégitime. « Chacun sait que Romans ou Bourg-de-Péage, dans la perspective des futures agglomérations, c’est une même unité », lâche cette femme politique pour qui l’investiture est un point de départ de la campagne.


À « l’écoute des Romanais »


« Nous allons nous mettre au travail », poursuit-elle. « Nous allons partir à la rencontre des Romanais, les écouter, mieux cerner leurs besoins, leurs demandes. L’UMP a des valeurs que je partage, mais nous allons adapter notre programme aux attentes locales, dans la mesure où, bien sûr, elles n’iront pas à l’encontre de ces valeurs. Nous sommes un groupe d’une trentaine de personnes, mais la liste de 39 noms avec la parité hommes-femmes n’est pas encore intégralement constituée. Certains sont à l’UMP, d’autres à l’UDI, d’autres sans étiquette. Ce sera une liste d’ouverture à tous ceux qui ont envie de se battre pour Romans et pour que la ville change dans le bon sens ». Notons aussi que le comité de soutien de Gisèle Telmon est présidé par Éliane Biancheri, conseillère municipale d’Hauterives et épouse de l’ancien député de la quatrième circonscription qui avait, à l’époque choisit comme suppléante… Marie-Hélène Thoraval.

Est-ce pour autant le retrait définitif de Marie-Hélène Thoraval ? À cette question et à d’autres, elle n’a pas souhaité d’emblée répondre à notre journal, préférant attendre de réagir officiellement, mercredi soir (alors que Drôme Hebdo était imprimé) lors d’une conférence de presse, « où elle avait des choses à dire » : sa réaction sera publiée dans notre édition du 11 juillet. Le « match » Telmon/ Thoraval n’est peut-être pas terminé…


Cyril Lehembre



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Pour les villes de plus de 30 000 habitants, même pour des élections locales, c’est la commission nationale d’investiture qui tranche en faveur de tel ou tel candidat. Celle-ci est co-présidée par Jean-François Copé et François Fillon. Elle est composée de Luc Châtel, Laurent Wauquiez, Michèle Tabarot, Valérie Pécresse, Nadine Morano, Dominique Bussereau, Edouard Courtial, Éric Ciotti, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, Philippe Cochet, Xavier Bertrand, Bernard Deflesselles, Guy Tessier, Pierre Charon, Dino Cinieri, Claude Goasguen, Alain Cadec, Christian Jacob, Caroline Cayeux, Roger Karoutchi, François-Noël Buffet, Christian Kert, Françoise Guégot, Marc Laffineur, Bernard Accoyer, Brice Hortefeux, Christophe Béchu, Catherine Trœndlé, Christian Estrosi, Catherine Vautrin, Philippe Goujon, Marie-Louise Fort, Alain Marleix, Françoise Grossetête, Marie-Luce Penchard, Nicole Ameline, Berengère Poletti, Isabelle Debré, Michel Terrot, Arnaud Robinet, Philippe Nachbar, Henri Guaino, Patrick Ollier. Les membres de la commission au titre des mouvements sont Alain Carignon, Marie-Hélène des Egaulx, Julien Aubert, Philippe Meunier, Anne Grommerch.

Réagissez

Réagir à cet article