POLITIQUE

•  LEHEMBRE Cyril • Lundi 15 juillet 2013 à 9h02

« Je préfère l’investiture des Romanais »

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

R« Patrick Labaune n’aura pas ma peau, vous pouvez constater que j’ai le cuir dur, je suis toujours là ». Ces propos frappants de Marie-Hélène Thoraval montrent à quel point l’actuelle conseillère municipale d’opposition reste déterminée pour les prochaines échéances électorales de 2014. Loin d’être abattue par l’annonce de l’investiture de Gisèle Telmon sa rivale de l’UMP* (lire Drôme Hebdo de la semaine du 4 juillet), loin de renoncer aux municipales, cette femme politique au caractère bien trempé a décidé de faire front, malgré le désaveu de son propre parti, qu’elle a décidé de quitter. « Je suis quelqu’un qui va jusqu’au bout », a-t-elle affirmé, montrant, dans un sourire, la lettre qu’elle a écrite à Jean-François Copé pour lui signifier qu’elle quittait l’UMP, en lui rendant sa carte. Au revoir la formation politique des Sarkozy, Copé, Fillon, bonjour l’indépendance. « Je suis dans une situation rêvée, je suis une femme libre », a-t-elle commenté, sans toutefois nier qu’elle reste amère par rapport à la décision prise par ses anciens camarades. « Je m’y attendais », a-t-elle affirmé. « J’ai de la douleur pour les militants UMP qui m’ont soutenue, mais je pense que toute cette affaire a été ficelée depuis plus d’un an, dès le lendemain de ma défaite aux législatives, lorsque Patrick Labaune, qui venait d’être réélu député sur Valence, n’a pas hésité à m’assassiner publiquement par voie de presse. Dès ce moment, j’étais pour lui la femme à abattre. Cette décision de la commission d’investiture est arbitraire, elle vient satisfaire des orgueils et ne fait que révéler des querelles de personnes. 120 députés UMP ont perdu leur circonscription, et je suis la seule à avoir été traitée de cette manière ».

Mais plutôt que de s’apesentir sur son inimitié avec le parlementaire drômois, la candidate romanaise préfère souligner « l’unité » de l’équipe municipale qui l’entoure et le travail effectué depuis cinq ans par l’association « Romans un nouvel élan » qui s’est rapprochée depuis 2011 de l’équipe de Romans d’avenir représentée au conseil municipal par Magda Bertrand et Étienne-Paul Petit. « Notre association, c’est un vivier de propositions, d’idées, de compétences et en tant que femme de projets, je m’appuie sur cette dynamique », se félicite Marie-Hélène Thoraval. Forte du travail de terrain accompli depuis le milieu des années deux-mille, cette dernière a d’ores et déjà en tête un plan de renouveau pour la ville de Romans.


« Je travaille et elle coupe le ruban ?  »


Pour les semaines qui viennent, la stratégie de l’équipe Thoraval reste celle de l’observation des forces en présence. « Jusqu’à une date X, nous allons nous donner un temps de réflexion pour choisir quelle sera notre action », a-t-elle annoncé. « La liste de Mme Telmon n’est pas achevée, qui est sûr qu’elle ira jusqu’au bout ? Nous sommes nombreux à avoir des craintes sur sa candidature en ce qui concerne ses compétences et sur sa capacité à battre la gauche ». Pour Marie-Hélène Thoraval, pas question maintenant de rejoindre l’équipe de sa concurrente, rejetant la main qu’elle lui a tendue, au lendemain de son investiture (lire ci-dessous), n’hésitant pas à l’épingler au passage, avec force ironie : « Je ne vais pas me rallier à une personne qui m’a dézinguée comme elle l’a fait. Et puis, ce serait quoi le deal ? Je travaille et elle coupe le ruban ?  »

Et de conclure : « Mon combat, c’est celui de l’intérêt général. Je veux qu’on puisse donner une alternance politique à Romans. Chaque jour, dans la rue, on m’interpelle pour me demander quand on va pouvoir renverser la gauche. C’est cela qui compte. À celle de l’UMP, je préfère l’investiture des Romanais ».


Cyril Lehembre



* La commission nationale d’investiture de l’UMP s’était prononcée mardi 2 juillet en faveur de l’actuelle conseillère municipale de Bourg-de-Péage, au détriment de l’ancienne députée du Nord Drôme, toutes deux jusqu’alors encartées au parti présidé par Jean-François Copé.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article