ÉGLISES

•  PRAT Estelle • Dimanche 6 octobre 2013 à 9h06

La Drôme va entrer en synode

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Annoncé en mars dernier par l’évêque de Valence, Mgr Jean-Christophe Lagleize, le synode diocésain va être officiellement lancé dimanche 6 octobre, jour de la St Apollinaire, patron du diocèse. L’Eglise catholique drômoise va entamer ce jour-là deux années de réflexion sur le thème de « l’évangélisation, aujourd’hui, dans la Drôme ». Et le plus grand nombre, catholiques et non catholiques, est invité à faire des propositions sur la mission de l’Eglise de la Drôme pour les 10 ans à venir. « Le mot « synode » signifie « faire route ensemble ». L’Eglise catholique se met en route, non pas pour s’occuper que d’elle-même, mais pour entrer en dialogue avec la société. Depuis le précédent synode diocésain, il y a 20 ans, la vie de la société et de l’Eglise a évolué. Il est important de faire une halte pour faire des propositions nouvelles » explique l’évêque.


Près de 900 équipes attendues


Organe de prise de parole, le synode invite chaque catholique à donner son avis en constituant des équipes synodales : des groupes de 4 à 10 personnes qui vont réfléchir ensemble à partir du carnet de route édité par le diocèse. « On a édité 10 000 carnets de route et on table sur près de 900 équipes, sachant qu’une équipe peut se constituer à partir d’amis, de voisins, de relations professionnelles, d’associations, d’équipes paroissiales, de mouvements, etc » explique Christel Bert, la secrétaire du synode. Dans ce carnet de route, on trouve un questionnaire détachable. « On invite les membres des équipes à faire remplir ce questionnaire par des personnes extérieurs à l’équipe et aussi extérieurs à l’Eglise. Le questionnaire servira de point de départ pour la réflexion ». Quatre thèmes de réflexions sont ensuite proposés dans le carnet de route : accueillir, vivre, témoigner, annoncer. « Chaque équipe aura ensuite jusqu’à Pâques 2014 pour faire remonter au secrétariat du synode les propositions sur le ou les thèmes retenus ».


Vote de l’assemblée synodale en 2015


Toutes les propositions seront ensuite consignées dans un cahier de restitution renvoyé aux équipes qui seront réunies par secteur géographique en septembre 2014 pour sélectionner une centaine de propositions. De février à mars 2015, une assemblée synodale, rassemblant près de 200 membres élus, sera chargée de voter les propositions qui seront ensuite promulguées par l’évêque. « Le secrétariat du synode sera entouré d’experts théologiens et canoniques car certaines décisions relèvent du Pape et ne pourront pas être tranchées au niveau diocésain. On aura surement des propositions sur l’ordination d’hommes mariés, l’accueil sacramentel des divorcés… et on ne veut pas faire illusion aux gens, ce n’est pas de notre ressort. Ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas affronter ces questions-là et faire des propositions pour améliorer l’accueil des personnes divorcés » indique l’évêque en précisant néanmoins que le cahier de restitution avec toutes les propositions sera porté à Rome.

Estelle Prat


Pour constituer une équipe, s’inscrire au secrétariat du synode : 04 75 81 77 13 ou synode26@valence.cef.fr. Un site Internet : synode26-valence.cef.fr


Le secrétariat du synode

Le secrétariat du synode se veut représentatif de la diversité du diocèse avec une laïc, Christel Bert, secrétaire générale, un prêtre (Eric Lorinet) et un diacre (Hervé Mutel) secrétaires généraux adjoints et cinq autres membres : Laurence Morel, Danielle Robin-Ternier, Sébastien Dumont, Jean-Baptiste Gning, Philippe Le Vert.



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le précédent synode diocésain s’est tenu de 1992 à 1995. Si certaines propositions votées n’ont toujours pas étaient mises en œuvre, certaines ont profondément changé le diocèse. La principale réforme découlant de ce synode est le regroupement des 240 paroisses du diocèse en 22 paroisses, la mise en place d’équipes de prêtres et de secrétariats paroissiaux. La participation des communautés religieuses à la pastorale date aussi de ce synode, ainsi que la célébration des funérailles désormais menée par les laïcs.

Réagissez

Réagir à cet article