ÉCONOMIE

•  MOURZELAS Yvan • Mardi 8 avril 2014 à 9h21

« Un projet unique en Europe »

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

« C’est une date historique ». C’est ainsi que Didier Guillaume, président du Conseil général de la Drôme, débute son discours à l’occasion d’une réunion officialisant la création de « Rovaltain Research Company », à savoir la société privée qui gèrera la plateforme de toxicologie environnementale et d’écotoxicologie de Rovaltain. Il faut dire que le projet a déjà huit ans et qu’il commence donc tout juste à prendre une forme concrète…

La première « pierre » de ce projet a été posée en novembre dernier avec la création de la Fondation de coopération scientifique Rovaltain dont la vocation sera de faire du lobbying international pour récolter auprès de mécènes des fonds pour financer les études de recherche sur la toxicologie et l’écotoxicologie. « Des fonds qui permettront de lancer des appels à projets sur des études de recherche fondamentale universitaire ou appliquée à l’industrie. » précise Joël Roques, président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Drôme et trésorier de cette Fondation. La semaine dernière, le deuxième pilier a donc été posé avec la création de la société Rovaltain Research Company, présidée par Jean-Claude Ricomard, ancien patron des tanneries Roux de Romans. Une SAS qui compte 23 actionnaires partenaires qui sont à la fois des entreprises privées, pour moitié drôme-ardéchoises, et des établissements bancaires, qui apportent près de 2 595 k € au projet, soit 50,1 % des fonds nécessaires. La caisse des dépôts et consignations (État) est également un partenaire important, apportant 939 k € au projet. Reste maintenant à construire la plateforme qui accueillera les scientifiques pour leurs recherches, mais qui ne devrait pas voir le jour avant 2 ans, le coût de l’installation étant estimé à 51 000 k €. Jean-Claude Ricomard précise qu’en attendant, les premières études vont pouvoir débuter dans des laboratoires et au LDA (Laboratoire départemental d’analyses de la Drôme) notamment.

C’est donc « un projet unique en Europe » précise Didier Guillaume, qui est en train de voir le jour, via un bel exemple de partenariat public-privé.


Julie Fournier



Précisions

Écotoxicologie : les effets des contaminants sur l’environnement.

Toxicologie environnementale : les effets des contaminants sur l’Homme.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article