POLITIQUE

•  Fournier Julie • Vendredi 11 avril 2014 à 9h10

Une installation agitée

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Il y avait du monde, beaucoup de monde au conseil municipal d’installation de la nouvelle équipe qui va diriger Valence, samedi 5 avril. Si bien que la salle du conseil était trop petite pour contenir toute la foule dont une partie a du suivre cette cérémonie protocolaire de l’extérieur.

Il est 10 h 30. Tous les membres du conseil municipal nouvellement élu et ceux de l’opposition prennent leur place dans la salle du conseil. Très discrètement, Sihem, une petite fille de l’assistance, offre un bouquet à Alain Maurice, désormais ancien maire de Valence.

Comme le veut le protocole, c’est Gérard Bouchet, doyen du conseil, qui ouvre la séance, en saluant tout d’abord les anciens élus et « ceux qui ont sollicité la tâche noble et exigeante de représenter leurs concitoyens pour la première fois. Une tâche qui suppose beaucoup de disponibilité et de générosité. »

Adem Benchelloug, membre de la liste Générations Valence Demain et secrétaire de séance, procède à l’appel des élus : 38 pour la liste Générations Valence Demain, 11 pour l’opposition (10 de la liste PS-Verts « Tous ensemble pour Valence » et 1 de la liste FN « Oui ! Valence bleu marine »). Chacun des élus a ensuite voté à bulletin secret pour la candidature au poste de maire de Valence. Après comptage des 49 bulletins, 11 bulletins blancs et 38 pour Nicolas Daragon qui est sans surprise élu maire de Valence.


Premier bilan dans 100 jours


Son discours succède à la salve d’applaudissements et flashs des photographes. « Celles et ceux qui me connaissent savent l’importance de ce moment pour moi, enfant de Valence, né à Valence il y a 42 ans. J’ai fréquenté l’école Albert Bayet, puis Loubet, Briffaut et la Faculté de Droit. Il y a 20 ans, je prenais la présidence de l’AVE, du club des étudiants, du Schuss Valentinois ou encore du Vuc Volley. Depuis maintenant 19 ans, j’ai choisi de m’investir activement dans notre vie locale ».

Après avoir saluer tous ses prédécesseurs et remercier de leur soutien les Valentinois qui lui ont fait confiance, il rappelle que « leurs attentes sont considérables : sécurité, fiscalité, emploi, économie, environnement, une politique de proximité et quelque soit la condition de chacun, son âge, son origine sociale, ethnique ou religieuse, notre ambition est la recherche de la fraternité et de la convivialité comme règles primordiales pour le bien vivre ensemble. Nous souhaitons instaurer le dialogue avec les élus de l’opposition en leur confiant la commission des finances et les associer le plus possible aux groupes de travail. Nous avons pris un certain nombre d’engagements que je souhaite commencer à mettre sur pied dans les 100 premiers jours. 100 jours qui nous mèneront à la date symbolique du 14 juillet. Vous pouvez compter sur notre détermination ».


Huées et sifflets


Suite à l’élection des 14 adjoints, quelques prises de parole ont été sollicitées, à commencer par Patrick Royannez, pour Europe écologie Les Verts, et Pierre-Jean Veyret qui, tout en félicitant Nicolas Daragon qu’il connaît depuis longtemps, fait l’éloge de la politique conduite par Alain Maurice et son équipe. C’est là que quelques sifflets du public ont commencé à se faire entendre. Des sifflements qui se sont intensifiés lors de la prise de parole d’Alain Maurice qui est revenu sur son bilan, ce qui visiblement n’a pas plus au public…Tout comme la phrase qui sonnait comme un avertissement : « Nous serons attentifs aux engagements que vous avez pris et aux promesses particulièrement difficiles à tenir. Profitez de cette belle journée car ce sera l’un des meilleurs souvenirs de votre mandat. »

Des propos hués par un public, il faut bien le dire assez irrespectueux ce jour là, et peu appréciés par l’équipe de Nicolas Daragon. « Vous êtes un homme méchant » lance Jacques Bonnemayre à l’encontre du maire déchu.

« Vous venez de gâcher le meilleur moment de Nicolas Daragon » ajoute Franck Soulignac, et, se tournant vers Nicolas Daragon : « Nous sommes fiers de travailler à vos côtés et vous accompagner dans votre mission. Nous connaissons vos qualités d’écoute et de dialogue avec toutes les générations. Un élu d’expérience compétent et un Valentinois qui aime sa ville. Disponibilité, proximité, loyauté, éthique, transparence et modestie dans les comportements vous caractérisent. ».

Véronique Pugeat, 1ere adjointe, conclura cette prise de parole par quelques mots pleins de délicatesse : « Cette équipe municipale s’est construite autour d’un homme, Nicolas Daragon, à qui je souhaite mes plus sincères félicitations. Respectueux de toutes les cultures, réactif et travailleur, il a su s’entourer d’une équipe capable de construire les objectifs qu’il a fixés. Nicolas s’est révélé à mes côtés. Bravo Monsieur le Maire et cher Nicolas, et grand respect pour la fonction que vous allez prendre aujourd’hui ».


Nelly Zeller (CLP) et Julie Fournier


Le prochain conseil municipal aura lieu le lundi 14 avril, à 18 h.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • Je n’ai pas assisté à cette prise de fonction, mais n’est-ce pas ceux qui, en position de force, ont sifflé le maire battu ou celui qui balance un épithète de cour de récré, qui ont contribué à tendre ce moment où N. D. pouvait légitimement savourer la concrétisation d’une belle campagne?
    Que l’état de grâce ne dure pas, n’importe quel élu expérimenté peut le confirmer.