SOCIÉTÉ

•  CHADUC Flora • Jeudi 17 avril 2014 à 9h30

Un ancien employé dénonce une faille dans la sécurité

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Mardi 8 avril, en fin de journée, un incendie s’est déclaré dans les locaux de l’ancienne gare de Tournon, qui sert de dépôt pour les voitures non-utilisées du Mastrou. Les premiers éléments de l’enquête rapportent que l’incendie serait dû à une malveillance. Cinq wagons sont partis en fumée, dont deux classés monuments historiques. Un préjudice total de plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais également un préjudice historique et patrimoine, que dénonce l’association des Amis du Nouveau Chemin de Fer du Vivarais. « Ces monuments historiques auraient dû bénéficier d’un traitement particulier, s’insurge Alain Flotat, président de l’association. On ne peut que constater les dégâts désormais ». Pour lui, cette situation est la faute du propriétaire, qui n’a pas suffisamment protégé le site, alors que des mises en garde régulière depuis plusieurs mois étaient faites par l’association. « C’est une négligence volontaire de l’exploitant. Pendant 40 ans, des bénévoles s’en sont occupés (ndlr : du site). Depuis six mois, on envoie des courriers et messages pour avertir de la situation avec des tags et squat du site. On sentait que cela allait arriver et on ne s’est pas trompé » regrette Alain Flotat.


Une sécurité insuffisante


Pendant presque quatre ans, Bertrand Lacarrière a travaillé en tant que responsable technique au sein du Train de l’Ardèche. Depuis fin novembre, il ne travaille plus pour l’entreprise. Il sort de son silence pour parler de cette sécurité qui a été mise à rude épreuve depuis plusieurs mois. « Quelques jours avant mon départ, j’ai prévenu par courrier qu’il fallait évacuer les voitures du site de Tournon, ou bien renforcer les clôtures. » Il rapporte que le 26 novembre, un incendie s’est déclaré en face du dépôt, à l’ancienne gare Sncf, ce qui l’avait alerté. Après son départ, les personnes qui travaillaient sur le site sont aussi parties, laissant le site « à l’abandon ». « Quand je suis parti, il y avait toujours une clôture électrifiée et des caméras de surveillance qui enregistre durant un mois ce qu’il se passe. » Depuis l’automne, les carreaux cassés, tag et squat du dépôt de Tournon étaient fréquents, mais auparavant aussi, le vandalisme et l’incivilité étaient chose courante sur le site. « Les gens entraient car on remettait régulièrement la clôture en place. Il est évident que sans personne sur place, cela continuerait. Après, il est vrai que c’est au propriétaire de faire quelque chose et qu’il n’a aucune obligation en la matière. » Et de conclure, « ils l’ont cherché ».

 

« Les autorisations sont une fausse excuse »


Ce que Bertrand Lacarrière trouve « très rageant », c’est d’avoir « tout fait pour protéger ce patrimoine » et de le voir partir en fumée. L’ancien employé se demande pourquoi les voitures n’ont pas été montées à Lamastre plus tôt, un peu comme l’association des Amis du Nouveau Chemin de Fer du Vivarais. « Pendant quatre ans, j’ai promené des voitures. Des wagons sont partis pour Boucieu, cela n’a pas posé problème. Il n’a jamais été question d’autorisation. Pour moi, c’est une fausse excuse ». En effet, mardi dernier, Frédéric Sausset, maire de Tournon, rapportait qu’une réunion était initialement prévue le mercredi pour autoriser le Train de l’Ardèche à déplacer des voitures vers Lamastre. Cette réunion n’avait alors pas de lien avec l’incendie car prévue bien en amont. L’Association des Nouveaux Amis du Chemin de Fer du Vivarais réclame désormais à ce que l’exploitant reconstruise les deux voitures monuments historiques qui ont été perdues dans l’incendie. « Techniquement, c’est possible, affirme Alain Flotat. S’il se revendique sauveur du patrimoine, il le fera ». L’association dénonce l’accès toujours possible au dépôt de Tournon, malgré l’incendie. « Le site n’est pas protégé et n’importe qui peut actuellement rentrer dans l’enceinte du dépôt et avoir accès aux wagons brûlés. Les voitures qui n’ont pas été détruites sont aussi accessibles ».


Flora Chaduc

 


Moins de risque à Lamastre

Contacté par téléphone, Kléber Rossilon l’actionnaire majoritaire du Train de l’Ardèche, nous a rapporté qu’il n’y avait pas de nouvelles avancées dans l’enquête sur l’incendie. Il rappelle également que l’extérieur a été touché et pas le dépôt en lui-même. S’il affirme que la sécurité du site n’est pas en cause, il consent les problèmes d’intrusion et confirme qu’il y aura moins de problème à Lamastre. « Nous avons le projet de tout réunir à Lamastre, c’est en cours depuis plusieurs mois et cela continue. Certaines voitures sont déjà montées là-bas, sur la trentaine de matériel classé monument historique qui compose notre parc roulant. La sécurité à Tournon a déjà été renforcée, on ne peut pas faire plus ». Les voitures seront montées au fur et à mesure sur le site de Lamastre.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article