POLITIQUE

•  Fournier Julie • Lundi 14 juillet 2014 à 9h05

Créer un espace de réflexion et de débats

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Forcément déçus par leur défaite aux Municipales qui a vu la Droite s’installer à la mairie de Valence, les anciens élus de la majorité socialiste de Valence ont voulu fédérer militants, sympathisants et candidats malheureux de la liste “J’aime Valence” au sein d’une nouvelle association. L’objectif : ne pas abandonner les personnes qui ont soutenu les socialistes durant la campagne, et surtout entammer une réflexion autour de l’avenir de Valence. « Mais nous ne sommes pas obsédés par les municipales de 2020 » tient à préciser Pierre-Jean Veyret qui prend la présidence de cette association au nom pourtant évocateur de “Réinventons Valence”. « Il ne faut pas faire peur à ceux qui voudraient participer à notre réflexion : adhérer à l’association ne signifie pas qu’ils auront à s’inscrire sur une liste dans 6 ans.» Pour autant Pierre-Jean Veyret n’exclut pas que “Réinventons Valence” propose un candidat en 2020. Quant à savoir si ce sera lui, la question reste entière et l’intéressé avoue lui-même ne pas savoir s’il en a la volonté : « Mon échéance c’est le renouvellement de mon mandat de conseiller général. Après on verra, il faut se donner du temps.»


Un espace ouvert à tous


“Réinventons Valence” n’est donc pas un espace purement politique et pour Pierre-Jean Veyret la démarche est bien différente de celle de Nicolas Daragon qui en 2008 créait “Valence demain” « pour faire un contrepoids à l’UMP ». « Nous nous proposons un espace de réflexion, de rencontre et de débats, pour voir comment innover en matière de gestion municipale » poursuit le président de cette nouvelle association. Débattre, imaginer et construire seront donc les maîtres-mots de “Réinventons Valence” qui devrait alterner rencontres entre les adhérents sur des sujets bien précis et conférence-débats plus larges avec diverses personnalités « pour s’enrichir de l’expérience de chacun.»

Et si les élus de l’ex-majorité choississent la voie associative, c’est pour que cet espace soit ouvert à tous et permette à ceux qui ne sont pas prêts à adhérer à un parti de se retrouver. D’autant qu’à l’heure où les partis politiques traversent une crise sans précédent, il semble plus judicieux de miser sur le milieu associatif : « un milieu d’où je viens et auquel je crois beaucoup » insiste Pierre-Jean Veyret.

 

Envie de renouveau


Côté membres, une soixantaine de personnes ont déjà adhéré au projet et étaient présents lors de la soirée de lancement de cette nouvelle association mercredi dernier. Outre Pierre-Jean Veyret et Patrick Ranc (ex adjoint à la voirie) qui assurera la fonction de secrétaire, aucun des membres du conseil d’administration ne sera un élu ou même un ancien élu. Alain Maurice ou Zabida Nakib-Colomb adhèrent donc à l’association mais n’occuperont pas de fonctions électives. « Nous en avons décidé ainsi car l’idée est bien de rassembler et de renouveller » explique Pierre-Jean Veyret qui aura à ses côtés Laurence Leroi-Klouche (candidate de la liste J’aime Valence) comme vice-présidente, et Claude Lichtenstein (militante associative) comme trésorière.

D’ici début octobre, une nouvelle rencontre sera organisée afin de présenter officiellement le bureau et le conseil d’administration (qui devrait être composé de 14 membres), et de fixer la feuille de route de la première année de fonctionnement de “Réinventons Valence”. Parcequ’en juin 2015 sera programmée une assemblée générale constitutive et élective « où les adhérents pourront voter pour leur président.» précise Piere-Jean Veyret. L’objectif de cette première année est donc simple : grossir les rangs et constituer un bon groupe d’adhérents pour préparer l’avenir.


Julie Fournier

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires