SOCIÉTÉ

•  Fournier Julie • Samedi 2 août 2014 à 9h17

Le renouveau de l’OPH

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Elue à la présidence de l’Office public de l’Habitat (OPH) de Valence il y a quelques semaines, Annie-Paule Tenneroni, par ailleurs adjointe au logement et à la politique de la ville, a présenté les nouvelles orientations de l’office.

Et parmi les premiers changements, elle souligne la désignation d’un vice-président chargé de la sécurité. Lors du conseil d’installation du 14 mai dernier, Pierre Viger, conseiller municipal, a pris cette fonction. « Ses missions seront de regarder quelles opérations de sécurisation peuvent-être mises en place pour les agents de l’office, sur les agences et en interventions. Cela permettra aussi une réactivité en cas de problème de sécurité ou autre souci. Si les locataires n’adoptent pas un comportement correct, on agira. » assure la présidente qui précise que plusieurs locataires ont d’ailleurs déjà été mis en demeure.

Une autre priorité de la nouvelle équipe en place était de prendre mieux en compte le handicap. Il était donc prévu de désigner un vice-président chargé des questions d’accessibilité. « Ca n’a pas été possible statutairement de mettre un vice-président, mais nous avons nommé une personne qualifiée chargée de cette problématique. » Et c’est Denis Mercier, très concerné par le sujet puisqu’il est lui-même en fauteuil roulant, qui occupe cette fonction. « Il sera présent aux commissions d’appel d’offre pour valider les projets. L’idée est d’aller au-delà de ce qui est obligatoire avec quelqu’un qui aura un œil averti sur la question. » explique Annie-Paule Tenneroni.


Contrat moral


Outre ces désignations, la “révolution” se fait sur la commission d’attribution des logements sociaux. « Comme nous nous y étions engagés durant la campagne, nous allons reprendre tout ça en main, avec un nouveau règlement qui a été adopté le 3 juillet dernier. »

Dans ce règlement, il est précisé qu’un contrat moral sera désormais mis en place entre le locataire et l’OPH. Un contrat qui rappelle quatre axes fondamentaux : entretenir son logement, respecter les parties communes, adopter un comportement respectueux vis-à-vis du personnel de l’OPH, et enfin payer son loyer chaque mois. « Car on a laissé quelques dérives sur les impayés. Ce sont très peu de locataires mais ca représente tout de même près de 60 logements qu’on ne peut pas réhabiliter. » assure la présidente de l’OPH qui précise toutefois que l’idée n’est pas de punir les locataires qui ont des problèmes financiers : « Quand ils ont un des difficultés financières, qu’ils viennent nous en parler tout de suite pour que l’on puisse trouver des solutions ensemble. Nous avons du personnel qualifié pour ça, à l’écoute, qui saura trouver des réponses en mettant en place des plans d’apurement. »

Par ailleurs, l’accession à la propriété va être proposée aux locataires de maisons individuelles (qui le sont depuis plus de 3 ans). 90 maisons vont ainsi être proposées à la vente. « Ce qui le souhaitent pourront donc acquérir leur logement. Ceux qui ne le veulent pas resteront chez eux, avec les mêmes conditions qu’auparavant » rassure Annie-Paule Tenneroni. L’OPH a également mis en place un partenariat avec Entreprises Habitat afin d’accompagner les locataires qui souhaitent franchir le cap dans leur montage financier.

Pour aider ses locataires, l’OPH prévoit également de travailler sur la stabilisation des charges, notamment dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public pour le chauffage urbain, et via un travail de réhabilitation sur les logements énergivores.


Propreté et constructions horizontales


Estimant qu’il y avait un vrai problème de propreté dans les quartiers de l’OPH, il a été décidé de créer, à l’instar de ce qui s’est fait pour la ville de Valence, un service d’intervention rapide au 1er juillet. « Ce service propreté va intervenir sur l’ensemble des abords des immeubles avec notamment comme compétence l’enlèvement des encombrants. L’idée est d’avoir un nettoyage à la demande et une vraie réactivité sur la propreté urbaine. Mais ca ne fera pas tout. Il faut aussi que les locataires soient respectueux et nous serons donc aussi présents sur des actions de sensibilisation auprès d’eux pour que les quartiers restent propres ». Annie-Paule Ténnéroni précise par ailleurs qu’une convention a été signée avec la régie de quartier pour favoriser l’insertion professionnelle avec ce service.

Enfin, la nouvelle présidente de l’OPH explique que dans le cadre du PRU 2 (Plan de rénovation urbaine), l’OPH va essayer de privilégier les constructions horizontales aux immeubles en barres. « Et là où il y aura des immeubles, nous privilégierons les logements intermédiaires à savoir des constructions pas très hautes et avec des terrasses ».


Julie Fournier


L’OPH en chiffres

• 6185 équivalents logements

• 5507 logements collectifs

• 387 maisons individuelles

• 220 locaux commerciaux et tertiaires

• 3 foyers et 1 EHPAD

• 2087 garages et parkings

• 3 M€ investis en 2014 dans l’entretien, l’amélioration et la sécurisation du patrimoine

• 81 logements neufs livrés et 551 logements réhabilités en 2014

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article