ÉCONOMIE

•  LEHEMBRE Cyril • Mardi 23 septembre 2014 à 9h44

De la haute couture grâce à la récupération de vêtements

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Du tissu fin, léger, soyeux presque… Elles vont fièrement arborer pantalons, jupes, robes, blousons, vestes, manteaux et chemisiers. L’élégance s’invite à Romans. Sauf que ce n’est pas un défilé de prêt-à-porter comme les autres auquel vont assister les Romanais, passionnés de mode ou les simples curieux. Ce vendredi 19 septembre, à 17 h, à la plateforme de l’insertion par l’humanitaire, douze mannequins vont présenter quelques-uns des plus « fashions » vêtements de luxe que deux d’entre elles ont d’ailleurs contribué à confectionner elles-mêmes… à partir d’habits recyclés. De la haute couture réalisée par des salariés romanais en insertion, en partenariat avec un grand nom du milieu, Chanel, en utilisant des habits collectés par la Ressourcerie verte qui sans cela auraient fini leur existence dans la benne… Le projet est à la fois culturel, social, économique et écologique.

Il est porté par le réseau Recyclerie « Romans nouvelle R » qui comprend quatre structures partenaires : la plateforme d’insertion par l’humanitaire via son atelier textile créé il y a un an, la Ressourcerie verte, Emmaüs et la régie de quartier Monnaie services*.

« C’est une initiative de longue haleine, mise en place depuis une année, mais imaginée depuis plus longtemps encore », raconte Joëlle Larcher, co-directrice de la plateforme d’insertion. « L’atelier textile et l’idée du défilé s’inscrivent dans une opération nationale qui s’intitule Tissons la solidarité, opération soutenue par la fondation Chanel, et parrainée par le couturier de renom Christian Lacroix, dont le styliste Emmanuel Aubry conçoit des modèles à partir d’un cahier des charges très précis. Ce dernier donne des indications, va dans le sens des tendances de saison. Il précise à notre atelier les bases des tissus à sélectionner, le tri étant effectué en amont ».


Trois étapes de fabrication

 

Trois étapes sont à franchir pour créer un vêtement de luxe au sein de l’atelier romanais. Gaëlle Larue, qui encadre les salariés en insertion à Romans pour la confection d’habits, prend une photo des vêtements triés, les envoie au styliste qui donne son accord pour poursuivre. Il indique ensuite les couleurs à utiliser, les salariés travaillent à nouveau dessus. D’autres photos sont envoyées et il faut un deuxième agrément d’Emmanuel Aubry pour poursuivre la troisième et dernière phase sur le travail de transformation. Une ultime photo et le styliste donne son agrément ou non. Si c’est le cas, le vêtement entrera dans la collection hiver de Tissons la solidarité ; dans le cas contraire, il obtiendra tout de même le label de la plateforme d’insertion par l’humanitaire.


Valorisation du travail et réduction des déchets


L’objectif ultime est de valoriser, quoi qu’il arrive, le travail des femmes qui ont réalisé telle ou telle pièce. Dans tous les cas, les différentes pièces de prêt-à-porter sont destinées à la vente exclusive du magasin de la Ressourcerie verte « Chic la boutique ». Pour les salariées en insertion, c’est l’apprentissage d’un métier passionnant à haute qualification, via un contact avec l’industrie du luxe. Pour les bénévoles de la Ressourcerie verte, c’est un bon moyen de réduire les déchets par la transformation d’anciens vêtements et de montrer qu’on peut donner une seconde vie à un objet qu’on est parfois sur le point de jeter. « Franchement, quiconque se rend à notre magasin de la place Jules Nadi, Chic la boutique, ne fait pas la différence entre un habit neuf sortant d’une usine d’un vêtement élégant réalisé à partir du tri et du recyclage », souligne Karine Charles, coordinatrice de « Romans nouvelle R ». « Notre magasin ressemble tout à fait à un autre ».

Côté Chanel, c’est un juste retour des choses en direction de ces hommes et ses femmes de l’ombre qui, dans les ateliers de couture, ont contribué à la renommée de cette entreprise de luxe. La fondation forme ainsi les salariées romanaises à l’accueil de la clientèle, à la mise en vitrine et la présentation des modèles. Tout un art.


Cyril Lehembre


* Le 21 septembre, ces quatre structures ont décidé de coopérer autour de l’activité réduction des déchets, ce qui a permis de créer 18 emplois dont 12 en insertion et deux équivalents temps plein en encadrement.




Défilé de mode et patrimoine social

Le défilé de mode est l’une des animations parmi d’autres des journées du « patrimoine social » à Romans (programmation inédite sur la ville). Plusieurs structures se sont associées pour mettre en valeur ce « patrimoine social » particulier : la maison de quartier des Ors, la plateforme d’insertion par l’humanitaire, la Ferme de cocagne, la Maison de quartier Saint-Nicolas. La plateforme d’insertion et la ferme de Cocagne fêtent d’ailleurs à cette occasion leur vingt ans d’existence. Pour la soirée des 20 ans de la Plateforme sont prévus des expositions, des photos, la découverte des activités, le défilé donc (à 17 h), buffet (à 19 h, sur réservation) suivi d’un concert. Infos et renseignements auprès de la Plateforme Humanitaire au 04 75 02 41 01.

La Maison de quartier des Ors se joint aussi aux festivités. Une exposition de photographies/vidéo « La Maison de Quartier c’est Vous !  » qui met en avant différents moments de vie et activités de l’association qui existe depuis 27 ans. L’exposition sera installée à la Maison de quartier à partir du lundi 15 septembre. Informations auprès de la Maison de quartier des Ors, 04 75 72 16 15. De même, Saint-Nicolas fera sa fête de quartier samedi 20 septembre avec présentation des activités de la maison de quartier, suivi d’un repas (5 €, sur réservation) et bal populaire « Le Bal des Nigauds » à 19 h (en lien avec la Fête de la Pogne et de la Raviole) ; renseignement au 04 75 72 47 70.

Quant à la ferme de Cocagne, elle sera présente dimanche 21 septembre sur le marché de Romans le matin ; puis à 11 h 30 , Inauguration de la nouvelle ferme à Peyrins et du marché de producteur à la Ferme de Cocagne, rétrospective des activités de la Ferme depuis ses débuts. 12 h : Méchoui (Réserver au 04.75.05.91.92), salades et buvette. De 13 h à 18 h : Visites, animations (poney, jeux en bois, vélos rigolos, etc.), expositions (peinture, objets en bois, etc.)

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Par mois, entre 6,5 et 8 tonnes de textile sont ramassées sur les deux déchetteries et les quatorze points de collecte de vêtements du pays de Romans. 10 % sont sélectionnés, dont une partie pour l’atelier de haute couture de la plateforme d’insertion et une autre partie pour les vêtements de seconde main destinés à être vendus au sein de « Chic la boutique ! » Entre 80 et 90 % sont repris par l’entreprise GB Tex, chiffonnier qui les transforment en isolant mural, en friperies ou en capitonnage. Le reste devient déchet ultime et part à l’enfouissement.

Réagissez

Réagir à cet article