POLITIQUE

•  LEHEMBRE Cyril • Jeudi 29 janvier 2015 à 9h30

Coup d’accélérateur au développement

Une dernière et une première. Lundi 19 janvier, les conseillers généraux ont siégé pour la dernière fois du mandat avant le scrutin des 22 et 29 mars (lire l’encadré). Mais ils ont aussi pour la première fois délibéré afin d’approuver la mise en place officielle pour cinq ans du contrat plan État Région (CPER), puisque c’est la première fois qu’un tel plan va bénéficier à la Drôme. Un outil technique, qui ne paraît guère être dans les préoccupations des citoyens drômois, mais qui en réalité représente une manne financière très conséquente pour le développement du territoire. De ce subside, on attend ainsi pas loin de 200 millions d’euros qui serviront à réaliser, par exemple, la déviation Livron-Loriol (55 millions d’aides prévus de la part de l’État et Région), l’échangeur des Couleures à Valence et de la route de Montélier (20 millions), les usages numériques (12 millions), l’extension du pôle universitaire et la création d’une résidence universitaire (presque 8 millions) et bien d’autres projets encore…

La nouvelle a été favorablement accueillie par l’ensemble des élus, à commencer par Didier Guillaume, président du conseil général, soulignant que certains projets n’auraient jamais pu être financés sans l’apport du CPER. Entre autres, la rénovation de la ligne SNCF Valence-Die pour 8 millions, des « travaux indispensables pour la pérennité de la ligne ». Au sujet de cette ligne TER (Trains express régionaux), il était d’ailleurs appuyé par son collègue de Crest Nord, Jean Serret. À droite, Jacques Ladegaillerie, conseiller général de Loriol se réjouissait de l’arrivée des moyens pour enfin créer la future déviation Loriol-Livron, dans les tuyaux depuis quarante ans et dont les travaux pourraient bien démarrer en 2018. Nicolas Daragon (Valence) accueillait quant à lui favorablement l’action de soutien en ce qui concerne l’enseignement supérieur.

La seule discordance est venu en ce qui concerne le projet de la gare TGV d’Allan, dont le coût, estimé à 100 millions, n’est pas aujourd’hui financé. Didier Guillaume expliquait d’ailleurs à ce sujet : « Nous l’avons inscrite dans le cadre du CPER, mais seul le conseil général s’est engagé à hauteur de 15 millions* ». Sur quoi, les écologistes Patrick Royannez (Valence) et Philippe Bérard (Dieulefit) auraient souhaité un « abandon du projet de la gare d’Allan, car dégager 100 millions pour gagner dix minutes, c’est irresponsable ». Et d’ajouter : « Nous aurions préféré un développement plus conséquent des gares TER. Nous souhaiterions que le projet de la gare d’Allan soit retiré de la délibération. Si ce projet se maintient, nous ne voterons pas l’approbation du CPER ».

« Ne pas voter pour cette délibération, c’est ne pas approuver l’ensemble des projets », a alors déploré Didier Guillaume. « Chacun est libre de ses choix en démocratie, mais l’unanimité sur ce dossier aurait plus de poids ». Au total, l’ensemble des élus ont voté favorablement le CPER, excepté les deux écologistes, et le communiste Philippe Leuwenberg, qui, lui, a préféré s’abstenir.


Cyril Lehembre

* Plus 5 millions que la Sésame, communauté d’agglomération de Montélimar, est prête à investir.



L’hommage à Didier Guillaume et une forme de pré-campagne

Il n’y aura plus de séance de conseil général, avant les élections des 22 et 29 mars prochains. En ce qui concerne Didier Guillaume, qui a officialisé sa « non candidature », on sait d’ores et déjà qu’il ne sera plus président de l’assemblée départementale au soir du 29 mars. En début de séance, lundi 19 janvier, l’hommage qui lui a été rendu – à gauche comme à droite – a été unanime. L’élu péageois, qui a souvent parlé de « démocratie appaisée en Drôme », a une nouvelle fois parlé de cohésion au sein de l’assemblée départementale, en ce qui concerne les décisions importantes. « Localement, au sein de cette assemblée, il n’y a pas de différence entre opposition et majorité, entre droite et gauche, car sur la plupart des sujets nous sommes tombés d’accord, sauf postures politiciennes », a-t-il déclaré. « Je souhaite qu’après les élections, l’équipe majoritaire soit renouvellée dans la continuité, sinon tant pis ». À droite, Nicolas Daragon, s’il a admis indéniablement les qualités de « respectabilité » de Didier Guillaume, a, au contraire, insisté sur les différences : « Vous avez marqué la Drôme de votre empreinte politique, de vos orientations, de vos choix. Nous, élus de l’opposition, ne les avons pas toujours partagés, loin s’en faut ». Mais il a exprimé toutefois « nos remerciements pour la qualité des débats conduits sous votre autorité », ponctuant par « regarder par-delà nos différences et nos oppositions est aujourd’hui essentiel ». Concernant l’avenir des Départements en tant qu’institution, et au sujet des élections, Nicolas Daragon s’est inquiété de la menace qui pèse sur la raison d’être des conseils généraux et du vote « à l’aveugle » du prochain scrutin : l’élu valentinois déplore que les électeurs soient appelés aux urnes sans savoir quelles seront exactement les compétences des Départements. À quoi, Didier Guillaume a répondu : « Les conseils départementaux sont pour l’instant maintenus, mais on sait que dans le mille-feuille administratif un étage doit être supprimé. Ils sont maintenus, mais ne partent pas à l’aveugle et on sait d’ores et déjà aujourd’hui quelles seront leurs compétences. Par exemple, les routes d’intérêt général partiront à la Région, comme la départementale 538. Les routes d’intérêt plus local resteront de la compétence du Département ».

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Coup d’accélérateur au développement4.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • vierne

    Je note qu’il y a bien 12 millions d’euros popur le numérique mais pour l’instant je ne beneficie de rien car pour ouvrir une page ou recevoir un fichier cela m’est parfois impossible.
    Ma parabole regarde le ciel mais ne fait guère plus.
    cordialement