SOCIÉTÉ

•  Fournier Julie • Mercredi 18 février 2015 à 9h30

Un projet attendu…

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Aujourd’hui c’est une dent creuse comme on dit, une “verrue” dans le paysage des boulevards de Valence. Mais bientôt cet espace vide situé à l’angle du boulevard Félix Faure et de la rue des Alpes sera comblé par un immeuble de 65 logements, avec en rez-de-chaussée une surface commerciale. Un programme attendu des Valentinois mais aussi et surtout de SDH constructeur, promoteur de ce projet vieux de 16 ans ! Il faut dire que l’acquisition des parcelles a été compliquée (on se souvient de Ginette Blanchard, 82 ans, qui refusait de quitter son logement), mais aujourd’hui tout est prêt pour lancer ce projet immobilier. Reste toutefois avant de poser toute première pierre, une phase de fouille archéologique à réaliser. « Effectuées sur prescription de l’Etat, ces recherches font suite au diagnostic archéologique réalisé en juin 2014 qui avait révélé cinq inhumations datées des XIe et XIIe siècles. » explique Magali Rolland, adjointe scientifique et technique de l’Inrap Rhône-Alpes Auvergne à qui a été confiée cette mission.


Portes ouvertes sur les fouilles


Débutées le 2 février, ces fouilles archéologiques ne portent que sur une parcelle de 374 m2, mais les archéologues espèrent pouvoir mettre à jour une quarantaine de sépultures car leurs dernières recherches ont permis de mettre en évidence une perduration des inhumations dans le secteur Est de la ville entre l’Antiquité et le Moyen-Age. Un cimetière qui devrait être associé à un édifice religieux non encore découvert mais les chercheurs ne désespèrent pas. « Une fois ces sépultures nettoyées, on analyse leur typologie, mais aussi comment s’est décomposé le squelette et on lance une étude biologique, tout ça nous permettant d’avoir une vraie vision de la population de l’époque. » explique Christine Ronco, archéologue responsable de ces fouilles.

Il faut préciser que ces sépultures, une fois toutes les études terminées, reviendront au Musée de Valence, restituant ainsi aux Valentinois leur patrimoine. Et c’est dans le même esprit qu’est organisée le samedi 28 février une journée portes ouvertes de la fouille. Des panneaux d’informations et des archéologues seront sur site pour assurer la visite et expliquer leur travail. Rendez-vous à 9 h 30, 10 h 30, 11 h 30, 14 h 30, 15 h 30 et 16 h 30 devant l’entrée du chantier (entrée libre).


Livraison pour 2018


Cette opération de fouille se terminera le 27 mars, et Hubert Trujillo, directeur général de la SDH constructeur, espère pouvoir débuter les travaux au printemps 2016.

Un chantier qui verra donc se monter un immeuble qui s’alignera avec les deux bâtiments qui l’entourent, et qui devrait accueillir 65 logements du T2 au T5 dédiés à l’accession à la propriété et aux investisseurs, ainsi qu’une surface commerciale de près de 1 000 m2. Un projet un peu revu à la baisse car au départ c’est une surface de 1 600 m2 qui devait s’installer. Il en est d’ailleurs de même pour le stationnement puisque dans le projet initial, il avait été envisagé la création d’un parking souterrain sur 5 niveaux. « Mais l’investisseur intéressé s’est finalement retiré » explique Hubert Trujillo qui précise toutefois que deux niveaux de parking seront réalisés mais dédiés aux logements.

Deux ans de travaux vont être nécessaires pour cette opération qui devrait donc être livrée au printemps 2018. Une opération très qualitative avec des logements dont le prix moyen devrait tourner autour de 3 000 € le m2, et pour lesquels Hubert Trujillo affirme avoir déjà quelques personnes intéressées et visiblement peu inquiet quant à la commercialisation de ces appartements.

« Ce sera de l’habitat qualitatif dans Valence et c’est bien de retrouver cette offre supplémentaire, par ailleurs attendue » confirme le maire Nicolas Daragon. « Et ce premier projet marque le coup d’envoi d’autres opérations similaires au cœur de Valence comme sur l’Ilot Chauffour ou dans le quartier de la prison. » Nicolas Daragon se réjouit par ailleurs que cette opération puisse recréer un parcours sur la contre-allée du boulevard Félix Faure aujourd’hui bien désertée, et recréer du flux notamment avec l’ouverture des Galeries de Valence.


Julie Fournier

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article