POLITIQUE

• Vendredi 27 mars 2015 à 9h35

Les funérailles d’Yves Jouffrey ont été célébrées mercredi 25 mars

Yves Jouffrey a succombé à un malaise cardiaque samedi 21 mars.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Yves Jouffrey a succombé à un malaise cardiaque samedi 21 mars.

Le premier magistrat de Saint-Nazaire est décédé moins de 24 h avant le premier tour des Départementales où il s’était porté candidat.


De nombreux élus et candidats du Royans et de l’ensemble de la Drôme lui ont rendu hommage. Bon nombre l’estimaient pour ses qualités humaines et son dévouement à l’intérêt public. Samedi matin, 21 mars, à la veille des élections départementales pour lesquelles il s’était porté candidat, le maire de Saint-Nazaire-en-Royans Yves Jouffrey a été victime d’un malaise cardiaque à son domicile. Il est décédé à l’âge de 61 ans. Ses obsèques devaient être célébrées mercredi matin 25 mars, à l’heure où Drôme Hebdo est en bouclage avant l’impression.


Très connu dans le Royans et alentours, Yves Jouffrey s’est très tôt investi dans le milieu associatif et sportif (il a été joueur de rugby). Il a ainsi fondé un club de jeunes intitulé « Amitié 21 », de même que l’association de parents d’élèves, car il était très féru d’éducation. Lui-même est devenu éducateur. Il s’intéressait aussi grandement à l’automobile, la littérature et l’écriture. À la quarantaine passée, il s’est engagé politiquement. En 1995, il est élu premier adjoint de Saint-Nazaire, sous le mandat d’Éric Gresse. Trois ans plus tard, il se présente aux cantonales, mais il est battu. En 2001, il s’empare de la mairie de Saint-Nazaire, est élu premier magistrat, puis réélu en 2008 et 2014. Dans l’intervalle, il sera désigné à la tête de la communauté de communes et sera réélu à cette fonction l’an dernier.

Suite à cette disparition inattendue moins de 24 heures avant le scrutin, les bulletins de vote des candidats de la Drôme en mouvement n’ont pas pu être réimprimés, mais c’est bien son suppléant Claude Chovin, maire de Marches, qui est devenu le candidat titulaire, dimanche dernier, aux côtés de Française Agrain, première magistrate de Saint-Vincent-la-Commanderie, pour la « Drôme en mouvement ». Le nouveau suppléant, cette fois-ci de Claude Chovin, a été désigné. Il s’agit de Luc Chuilon, 60 ans, habitant de Saint-Jean-en-Royans, ancien membre de l’équipe municipale de Danièlle Pic, battue lors des dernières municipales par Christian Morin.



« Difficile d’endosser le rôle de titulaire en ces circonstances »


« Cela n’a pas été simple, en ces circonstances particulières, de demander à Luc Chuilon, qui connaissait bien Yves Jouffrey pour avoir joué au rugby avec lui, d’être mon remplaçant, car nous ne devions valider notre candidature avant mardi 16 h » , reconnaît Claude Chovin. «  Ce n’est pas évidemment non plus pour moi d’endosser comme cela le rôle de titulaire, mais je connais bien Françoise Agrain, avec laquelle j’ai beaucoup travaillé au sein de la communauté de communes du pays de Bourg-de-Péage ».

Quant au défunt, Claude Chovin retient de lui qu’il était «  quelqu’un de très affable, de compagnie agréable qui ne voulait pas faire de promesses politiques en l’air et qui était très vertueux ; nous étions sur la même longueur d’ondes » .

Yves Jouffrey laisse aussi un vide en ce qui concerne la municipalité : le conseil municipal devra voter, lors de sa prochaine cession, pour désigner un nouveau premier magistrat. Quant à la communauté de communes, elle devra faire de même dans un futur proche. « Il avait une grande capacité de travail, une vraie implication et maîtrise des dossiers », ajoute C Chovin.

La suppléante de Françoise Agrain, Marie-Annick Loppé, présente au dépouillement des résultats sur sa commune de résidence de La Chapelle-en-Vercors, était encore sous le choc dimanche soir, du décès d’Yves Jouffrey : «  il était très proche des gens et s’était pleinement engagé dans cette nouvelle bataille ». Décrivant cet homme comme «  une personne très à l’écoute », Marie-Annick Loppé souligne : «  je suis une novice en politique et j’ai vraiment apprécié le travail au sein d’une vraie équipe ». Un constat partagé par de nombreuses personnes que nous avons croisé et qui connaissaient bien Yves Jouffrey. Une employée d’une commune du Royans qui avait rencontré l’édile très récemment nous confiait : «  on peut dire qu’il aura mis toutes ses forces dans cette élection. Sans doute que tout ce travail accompli aura malheureusement participé à sa trop rapide et soudaine disparition ».



Cyril Lehembre


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article