SOCIÉTÉ

• Mercredi 9 septembre 2015 à 9h29

Neuf nouveaux magistrats au tribunal de grande instance

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Les neuf magistrats ont été tour à tour intronisés, mardi dernier.

Nécessité fait loi, dit le proverbe. Et il est nécessaire pour que la justice puisse s’exercer sereinement d’avoir les moyens humains suffisants. Lors de l’audience de rentrée judiciaire, mardi 1er septembre, cet impératif s’est bien fait sentir, lors de l’installation de neuf nouveaux magistrats, ce qui représente un renouvellement de plus d’un quart. “Vous avez le soutien du parquet”, a déclaré le procureur de la République qui a insisté sur l’activité judiciaire fournie de ces derniers mois. Sur les sept premiers mois de 2015, 7 % d’augmentation des affaires pénales ont été constatés avec, dans le même temps, une amélioration du taux des réponses pénales. 1025 jugements ont été rendus en correctionnelle, ce qui est davantage qu’en 2014 pour la même période. Et l’orateur de poursuivre : “En outre, il y aura cinq sessions de la cour d’Assises en Drôme en 2015 et au moins autant sinon plus en 2016. Avec 35 affaires par session et à effectif constant, ce sera un rythme difficile voire impossible à tenir”.


Dans la perspective de l’ouverture très proche du nouveau centre de détention de Valence, deux nouveaux juges d’application des peines (JAP) arrivent en les personnes de Frédéric Dumas (vice-président chargé de diriger le service de l’application des peines) et de Caroline Oudot-Denes. Pour répondre aux besoins de ce service forcément en expansion avec l’augmentation prévue du nombre de détenus, un troisième poste, créé à ce jour, sera pourvu au début de l’année 2016. “L’installation du nouveau centre pénitentiaire de 456 places a justifié aussi l’affectation spéciale d’un greffier au service des JAP”, a souligné le président du tribunal, Thierry Gherra. “À deux JAP, puis à trois ensuite, vous aurez en charge l’animation juridictionnelle de ce centre dont chacun reconnaît qu’il est un modèle de modernité architecturale. Sous la responsabilité des magistrats, il faut que soit offerte à nos concitoyens une exécution de la peine également moderne et adaptée à notre temps”.

Thierry Gherra a ensuite intronisé les sept autres magistrats accueillis au siège du tribunal. Caroline Blachier fait ainsi son retour à Valence après plusieurs années à Privas et devient vice-présidente chargée du tribunal des affaires sociales. Patricia Collange-Brinon rentre à mi-temps comme magistrat de la jeunesse et pour mi-temps au service du contentieux familial et correctionnel. Valérie Blain est nommée à la direction de la chambre correctionnelle, Isabelle Ardeeff juge d’instruction, Laurent Desgouis juge des affaires familiales, Coralie Chirol juge à la deuxième chambre du contentieux familial et Marie Bazot juge des enfants.



Cyril Lehembre


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article