ÉCONOMIE

• Dimanche 13 décembre 2015 à 9h35

Le Technosite, une passerelle pour les jeunes entreprises

Thomas Denogens, un des fondateurs-associés de ATM Consulting, aux côtés de Jacques Bonnemayre et Nicolas Daragon, vice-président et président de Valence Romans sud Rhône-Alpes qui gère le Technosite.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Thomas Denogens, un des fondateurs-associés de ATM Consulting, aux côtés de Jacques Bonnemayre et Nicolas Daragon, vice-président et président de Valence Romans sud Rhône-Alpes qui gère le Technosite.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Patrice Marsanne, directeur et fondateur d'Anthémis Technologies, a intégré ses propre locaux cet été après avoir passé 3 ans sur le Technosite.

Voilà plus de 10 ans que le Technosite de Valence accueille de jeunes entreprises dans leur développement en leur proposant les services et l’accompagnement d’une pépinière d’entreprises. Et ça plaît car depuis sa création en 2004, le Technosite, aujourd’hui géré par Valence Romans sud Rhône-Alpes, a vu passer une quarantaine d’entreprises, leur permettant de prendre véritablement leur envol et de s’inscrire dans un parcours immobilier.


On le sait, se lancer dans la création d’entreprise est une aventure. Et parmi les difficultés rencontrées se pose souvent celle de trouver un local pour héberger sa société. Aussi pour promouvoir la culture d’entreprendre et aider les porteurs de projets à aller au bout de leurs idées, les pépinières d’entreprises ont été mises en place il y a maintenant plus de 30 ans.


Créé en 2004, le Technosite de Valence, bien qu’il n’ait pas officiellement le label « pépinière d’entreprises », s’y apparente largement, proposant les mêmes services à ses hébergés. À savoir la mise à disposition de bureau ou d’atelier allant de 15 à 300 m 2 (sous forme de bail précaire d’une durée maximum de 3 ans), à des loyers attractifs, ainsi qu’un ensemble de services qui facilitent l’activité des entreprises au quotidien. Sans oublier les conseils de la Direction du développement économique de Valence Romans sud Rhône-Alpes (qui gère le Technosite) également installée sur ce site.

Accueillant comme toute pépinière de jeunes entreprises ou des porteurs de projet de création d’entreprise, le Technosite de Valence a cette particularité d’être installé au cœur du pôle universitaire et technologique de Briffaut, à proximité des établissements d’enseignement supérieur, ce qui peut faciliter le développement de certains projets. « Au départ, le Technosite a même été spécialement créé pour l’accueil d’entreprises naissantes travaillant sur le thème de la traçabilité et de la RFID, avec une proximité intéressante avec l’Esisar. On a un peu évolué sur les projets mais le dispositif reste le même, et les entreprises accueillies sont principalement de jeunes entreprises innovantes ou des entreprises qui s’inscrivent dans un parcours immobilier » explique Jacques Bonnemayre, vice-président de Valence Romans sud Rhône-Alpes en charge du développement économique.



Deux exemples de jolis parcours


Aujourd’hui le Technosite, qui a fait l’objet d’une extension en 2008 portant sa surface d’accueil à 2 500 m 2, héberge 14 entreprises, ainsi que 5 associations à vocation économique et la Direction du développement économique et de l’emploi de l’agglo. Au total près de 70 personnes travaillent sur ce site, véritable outil de développement économique composé de 30 bureaux, de 60 m 2 de salles de réunion et d’une salle de conférences.

Parmi ces « hébergés », la toute jeune société ATM Consulting, spécialisée dans l’intégration de progiciels de gestion pour les TPE-PME. Créée il y a 3 ans par trois jeunes associés qui avaient la même envie d’entreprendre (Alexis Algoud, Maxime Kohlaas et Thomas Denogens), ATM Consulting a d’abord été hébergée dans les appartements de ses fondateurs. Mais depuis un an, la société évoluant, elle s’est installée sur le Technosite, occupant aujourd’hui 4 bureaux avec son équipe de 10 salariés. « C’est super d’être ici car on s’adapte à nos besoins » affirme Thomas Denogens, qui explique qu’au départ la société occupait moins d’espace. « On peut continuer à grandir et évoluer. Et puis comme le loyer est attractif, ça nous permet de passer moins d’argent dans les locaux et donc d’investir plus sur le développement, la croissance et l’emploi, ce dont a besoin une société à son démarrage » . Mais les trois jeunes associés, bien qu’ils se sentent bien sur le Technosite, n’ont pas l’intention d’y rester éternellement. « Le projet pour nous c’est ensuite de sortir de cette pépinière. Ici ce n’est qu’une étape, une passerelle. Notre objectif pour 2017 est d’être dans nos propres locaux. »

Depuis sa création, le Technosite a accueilli une quarantaine d’entreprises. Car l’objectif est bien que les locataires « tournent » et s’installent ensuite ailleurs, la pépinière s’inscrivant comme une étape du parcours immobilier. À l’image de ce qu’a vécu Anthémis Technologies, une société spécialisée dans la conception de produits innovants, qui a été hébergé 3 ans sur le Technosite et qui depuis cet été a intégré ses propres locaux sur la zone Briffaut est.

« On est bien dans la Drôme, on est très bien accompagné en tant que créateur d’entreprise » affirme Patrice Marsanne, directeur et fondateur de cette société d’abord installée sur Grenoble. Ce bureau d’études pas tout à fait comme les autres accompagne ses clients sur la globalité de leurs projets, de l’idée à la commercialisation du produit, en passant par la production et l’industrialisation. De 2 salariés en 2012, Anthémis technologies est passée à 11 aujourd’hui et en prévoit 15 pour 2016, avec pour objectif de dépasser le million d’euros de chiffre d’affaires. Travaillant sur des produits toujours innovants, Anthémis ne peut pas dévoiler tous ses secrets mais compte parmi ses réalisations un stabilisateur vidéo, un pendentif électronique connecté, ou encore une machine qui permet de confectionner ses propres crèmes de soin à partir de capsules. Et son gros projet en cours est la commercialisation d’un automate de laboratoire connecté destiné à des analyses rapides qu’Anthémis a développé en partenariat avec des acteurs de la santé, sous le nom Flogentec.

A l’heure où l’on nous répète sans cesse que l’emploi et l’économie ne vont pas bien, voilà deux exemples d’entreprises valentinoises qui avancent, qui s’investissent, qui grossissent et qui créent de l’emploi.



Julie Fournier


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Valence Romans sud Rhône-Alpes gère cinq bâtiments à vocation d’accueil d’entreprises : le Technosite à Valence, le pôle Image de la Cartoucherie à Bourg-lès-Valence, et trois bâtiment-relais que sont Condorcet et Praneuf à Romans et Orion à Châteauneuf-sur-Isère.

Réagissez

Réagir à cet article