ÉGLISES

• Jeudi 24 décembre 2015 à 10h00

Le diocèse entre dans l'année jubilaire

Ouverture de la porte de la Miséricorde à la cathédrale de Valence.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Ouverture de la porte de la Miséricorde à la cathédrale de Valence.

Mardi 8 décembre, le pape François marquait l’ouverture de l’année jubilaire de la Miséricorde par l’ouverture d’une porte sainte en la basilique Saint-Pierre au Vatican.

Pour le diocèse de Valence, l’entrée dans le jubilé de la Miséricorde se tenait dimanche 13 décembre, en trois lieux forts du diocèse, par l’ouverture symbolique de portes saintes : une dans l’église-mère du diocèse, la cathédrale Saint-Apollinaire de Valence ; une au sanctuaire marial de Notre Dame de Fresneau, près de Marsanne ; une au sanctuaire des Foyers de Charité, à Châteauneuf-de-Galaure.

Les ouvertures eurent lieu lors des célébrations dominicales (10 h 30 à la cathédrale de Valence et aux Foyers, 17 h 30 à Fresneau) et firent l’objet d’un rite spécifique.



Une forte symbolique


Il faut remonter au XVème siècle pour trouver l’origine de la tradition d’ouverture de portes saintes à l’occasion d’un jubilé. Car, loin d’être le simple écartement de deux battants de bois, l’ouverture et surtout le passage par la porte sainte marque une symbolique très forte.

Il s’agit de la séparation entre l’intérieur et l’extérieur, entre le péché et l’ordre de la grâce (Mi 7,18-19) ; elle permet d’entrer dans un nouveau lieu, dans la révélation de la Miséricorde et non de la condamnation (Mt 9,13) ; elle assure une protection, elle donne le salut (Jn 10,7).



Passer par le Christ pour aller au Père


Comme le rappelait dimanche 13 décembre Mgr Michel, évêque de Valence : « Il s’agit de passer par le Christ pour aller au Père. Le Christ est la porte, il est le visage de la Miséricorde du Père ». Il n’y a en effet qu’une seule porte qui ouvre toute grande l’entrée dans la vie de communion avec Dieu, et cette porte, c’est Jésus, chemin unique et absolu de salut.

La Porte sainte rappelle également la responsabilité qu’a tout croyant d’en franchir le seuil : c’est une décision qui suppose la liberté de choisir et en même temps le courage d’abandonner quelque chose, de laisser derrière soi quelque chose (cf. Mt 13, 44-46).



Une démarche de conversion


Ainsi, pendant toute la durée du jubilé – jusqu’en novembre 2016 -, il sera possible de « passer » les 3 portes de la Miséricorde (Valence, Fresneau, Chateauneuf-de-Galaure) aux heures habituelles d’ouverture, ou en prenant rendez-vous pour les groupes. Une série de 10 panneaux, balisant un cheminement dans les 3 lieux de culte, permettra d’entrer dans la démarche de conversion de ce jubilé. Des livrets sont à disposition pour soutenir la méditation.


Renseignements : site du diocèse : valence.cef.fr


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article