CULTURE

• Mercredi 10 février 2016 à 10h08

La belle aventure du collectif Odyssée

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Du 25 au 31 janvier se tenait dans toute la France et dans le monde, la Semaine du Son, dont l’objectif est de sensibiliser la société aux enjeux du sonore au sens large (protection auditive mais aussi acoustique des espaces sonores, musique à l’image, recherches scientifiques sur le son…). Une centaine de manifestations ont été proposées partout en France et parmi elles une initiative du collectif de compositeurs drôme-ardéchois Odyssée.


Un collectif relativement jeune, né il y a 2 ans, à l’initiative de Natalia Ardis, chanteuse, compositrice et bassiste électrique de Saint-Vallier. Ayant une solide formation classique (Licence de Musicologie de l’Université Lyon 2) mais aussi en musiques actuelles, la jeune femme décide de s’adjoindre les talents de deux autres compositeurs, avec pour ambition de rassembler trois univers musicaux bien différents et ainsi pouvoir proposer une offre diversifiée autour de la musique à l’image pour des commandes sur mesure. L’Annonéen Nicolas Robez-Masson, saxophoniste et compositeur de musique électroacoustique (Licence de Musicologie et DEM de composition en musique électroacoustique), et le Lyonnais, Drômois d’adoption, Rémi Collin, pianiste de jazz et compositeur (DEM piano jazz), rejoignent donc Natalia Ardis et forment ensemble le collectif Odyssée.

Entre le classique, le jazz, la pop, l’électroacoustique et l’impro, ces trois compositeurs offrent une belle complémentarité. Et si au départ le collectif a été créé pour travailler autour de la musique à l’image (pour le cinéma, la télé, l’animation ou même le théâtre), depuis son champ d’actions s’est élargi à d’autres disciplines telles que l’habillage sonore d’expositions, de la composition pour orchestre, mais aussi de plus en plus de vidéos et des installations sonores diverses. « Le métier de compositeur est solitaire. Là, à trois on se partage le travail administratif et technique, c’est plus facile pour communiquer et se faire connaître, et puis ça crée de l’émulation. Nicolas par exemple m’a amené à m’intéresser à la musique électroacoustique. » explique Rémi Collin.



Trois courts-métrages à découvrir


Et justement, histoire de se faire un peu plus connaître, le collectif Odyssée a mené une action à l’occasion de la Semaine du Son en proposant la diffusion de trois courts-métrages « mis en musique » par leurs soins, dans trois lieux différents : au cinéma Le Navire à Valence et au cinéma Comoedia à Lyon avant chaque film, et à la médiathèque de Saint-Uze en diffusion permanente.

Trois films très différents, chaque compositeur puisant dans son univers personnel pour créer son œuvre. Ainsi Nicolas Robez-Masson a travaillé sur un film muet d’avant-garde allemand (Opus II de Walther Ruttman), mettant du son, des bruits, sur une succession de tableaux colorés et mouvementés.

Natalia Ardis quant à elle a travaillé sur des images tournées dans l’usine Ceralep de Saint-Vallier (isolateur électrique en porcelaine), dans la continuité de son travail musical pour l’habillage sonore de l’exposition « Ceralep Sn, de la haute tension au design » de mai 2015. Mais là, au lieu de récupérer les sons de l’usine, elle a travaillé les images sur lesquelles elle a posé d’autres sons (« Jeux d’eau »).

Enfin, Rémi Collin, en passionné d’astronomie, a créé une vidéo originale à partir d’images de la Nasa. Et côté habillage sonore, on retrouve des sons de l’espace captés par la Nasa, mais aussi des sons concrets et du synthétiseur analogique entre autres (« kosmos »).

Trois courts-métrages à retrouver sur le site du collectif (www.collectif-odyssee.fr), tout comme les projets en cours, nombreux, de ces jeunes compositeurs, à savoir un film d’art sur la céramique et un projet autour de l’astronomie. Un collectif à suivre…


Julie Fournier


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article