CULTURE

• Vendredi 22 avril 2016 à 10h07

9000 visiteurs pour le festival Vice et Versa

Martine et son tarot de cuisine : toute une histoire !

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Martine et son tarot de cuisine : toute une histoire !

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Avant d'entrer dans la caravane du fantôme, les spectateurs étaient priés de porter un collier de protection...

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Devant sa yourte, Vladimir Gadalka, dresseur d'objets vivants.

Le festival Vice & Versa, dont la renommée n’est plus à faire, a encore remporté un grand succès pour sa 13e édition qui se déroulait pour la première fois dans un écrin de verdure, sur le site du lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence.


Pendant trois jours, du 12 au 14 avril, les spectateurs ont retrouvé cette fête foraine sensorielle, aux airs de kermesse d’antan. Une 13 e édition qui a accueilli près de 9 000 visiteurs, ce dont ont pu se réjouir les organisateurs, et notamment la directrice artistique Julie Serpinet.

On s’est pressé, entre autres, pour assister à un spectacle hors du commun sous une yourte, où Tania et Vladimir Kazamaroffs, qui se définissent comme des dresseurs d’objets vivants de père en fils, ont su créer une parfaite illusion poétique. Plus loin, c’était le fantôme de la caravane qui faisait découvrir au public une bien étrange caravane, et avant d’y entrer, les spectateurs étaient priés de porter le collier de protection mis à leur disposition… Quant à Martine, on ne pouvait pas la rater : avec son style particulier, sa blouse à carreaux, sa table de camping et sa toile cirée, elle avait une manière très loufoque de prédire l’avenir dans un rythme endiablé, avec son tarot de cuisine.

Celui qui a dû apprécier particulièrement le site du Valentin, avec sa verdure et ses arbres, c’est le professeur aventurier et chercheur Friedrich Von Spatül, qui a entraîné les participants dans une folle déambulation dans les buissons et sous les arbustes où l’on trouvait d’étranges tournelunes cumodes et des tirelles aux propriétés magiques. Du sauna des Bonumeur, on ressortait enroulé dans sa serviette. Et dans l’atelier des Magiciens du ciel, les enfants sont venus fabriquer de biens étranges objets qui ont pris leur envol, à la nuit tombée. Le repas dans le noir a permis quant à lui de redécouvrir le goût, l’ouïe et le toucher. Et l’on n’oublie pas l’incontournable guinguette qui a permis de terminer agréablement les soirées de ce festival qui a une fois de plus su mettre les sens des spectateurs en éveil.



Dominique Guilloud Tanis (CLP)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article