POLITIQUE

• Lundi 25 avril 2016 à 10h07

Sécurité à Valence : majorité et opposition n’ont pas la même vision des choses…

La séance de lundi soir a donné lieu à quelques beaux "échanges" entre le maire Nicolas Daragon…

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La séance de lundi soir a donné lieu à quelques beaux "échanges" entre le maire Nicolas Daragon…

  • Illustration actu Grande illustration actu

    … et le chef de file de l'opposition Pierre-Jean Veyret.

Le conseil municipal qui s’est tenu lundi soir dernier s’annonçait calme avec des délibérations qui, sur le papier, n’avaient pas de quoi échauffer les esprits… Et pourtant il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le ton monte entre majorité et opposition, avec au cœur des débats la sécurité à Valence.


Si les premières délibérations du conseil municipal de Valence de lundi soir ont été votées sans aucun problème, celle concernant la convention de coordination entre police nationale et police municipale sur la période 2015-2019 a créé un vrai débat. Une convention qui a pourtant pour but de régler la coopération et les process de collaboration entre police nationale et police municipale pour assurer une protection renforcée des Valentinois. L’occasion aussi pour le maire Nicolas Daragon (LR) de rappeler en préambule du conseil municipal que les effectifs de la police municipale avaient été renforcés, « passés de 37 agents en 2014 à 55 aujourd’hui et 65 d’ici la fin de l’année, pour finir conformément à notre objectif de 70 d’ici la fin du mandat. » Le maire annonce par ailleurs que pour la période estivale, à savoir du 1er mai au 30 octobre, 6 agents temporaires viendront étoffer les rangs de la police municipale pour faire face à une augmentation des problèmes de sécurité en cette période, ainsi qu’à la prise de congés des agents permanents.


Alors même si le chef de file de l’opposition Pierre-Jean Veyret (PS) souligne la qualité de la collaboration entre police municipale et nationale, espérant que cela se poursuive, il tique sur le fond de cette convention qui selon lui arrive un peu tard (convention pour 2015-2019 signée en avril 2016 ?), et qui en plus « ne présente aucune nouvelle initiative. C’est la même chose que la précédente convention : nous aussi nous avions augmenté les effectifs de police municipale et installer la video-surveillance… Je pensais trouver un peu de neuf dans cette convention, notamment sur ce fameux local de police municipale sur les boulevards annoncé et ouvert dans la précipitation mais pas dans un lieu idéal, mais rien sur le sujet… » Et l’élu PS ne s’arrête pas là, dénonçant une succession de faits de délinquance récents et affirmant que Valence se trouvait dans une situation compliquée en matière de sécurité. « Vous dites que la situation est réglée sur le faubourg Saint-Jacques mais au vu des tentatives d’agression dont on me fait part je n’en suis pas sûr… Et sur bon nombre de quartiers il faut montrer sa carte d’identité pour pouvoir passer, et ça, c’est la réalité ! Alors attention aux discours et à la communication. Vous vous étiez fixé un grand défi : force est de constater que c’est plus compliqué que de faire de la com dans la presse. »

C’est l’adjoint à la sécurité Michel Ponsard-Chareyre qui se charge d’une première réponse : « Vous choisissez mal vos exemples ! Sur le Velan la situation est réglée depuis longtemps. Quand on a connaissance d’une situation, on agit vite et ça marche. »

Quant à Nicolas Daragon, après avoir répondu qu’il y avait tout de même 25 agents de police municipale de plus qu’à son arrivée en 2014, l’occasion sera toute trouvée avec le futur local de la police, d’ironiser et de tacler Pierre-Jean Veyret sur une histoire toute récente : « Vous qui êtes un grand spécialiste de l’immobilier à Valence, sachez que vous avez fait doubler le loyer des Nouvelles Galeries avec vos annonces dans la presse. Nous travaillions depuis plus d’un mois sur une réflexion pour installer pourquoi pas la Cité de la Gastronomie dans le bâtiment des Nouvelles Galeries. Mais en deux jours le loyer est passé de 500 000 € à 1 M €, rendant cette possibilité complètement impossible. Pour le nouveau local de la police municipale en centre-ville, nous avons des pistes et nous vous annoncerons des choses d’ici 2 mois, mais je ne vais pas vous dire où : pour que vous alliez manifester devant et faire doubler le loyer, non merci. »

« Désolé de vous avoir perturbés », répond Pierre-Jean Veyret qui ne se laisse pas démonter, ironisant à son tour : « évidemment avec l’ancienne opposition on avait pas ce problème car il n’y avait pas beaucoup d’idées qui émergeaient… »

Quant à la situation générale en matière de sécurité, majorité et opposition n’arriveront pas à se mettre d’accord. Nicolas Daragon affirme que les indicateurs (car la préfecture ne délivre plus de chiffres) sont en baisse depuis plus de 6 mois, « et ça se voit ! Au Velan tout est calme et nous allons veiller à ce que ça le reste. Au faubourg Saint-Jacques le calme est revenu aussi. Quant au pôle bus il y a eu seulement un problème à déplorer. Voilà trois exemples de site où la situation était compliquée et où le calme est revenu. » L’analyse est différente du côté de l’opposition, Pierre-Jean Veyret reconnaissant que les chiffres étaient en baisse, « mais depuis 2012 ! Pas depuis 2014… Quant à la situation au Velan et au faubourg Saint-Jacques je vous laisse auteur de vos propos mais nous, ce n’est pas ce qu’on nous dit… »



Julie Fournier


La séance de lundi soir a donné lieu à quelques beaux « échanges » entre le maire Nicolas Daragon et le chef de file de l’opposition Pierre-Jean Veyret.


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article