ÉCONOMIE

• Mercredi 1 juin 2016 à 9h24

La Compagnie nationale du Rhône, laboratoire de la transition énergétique

Philippe Armand, directeur régional de la CNR à Valence.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Philippe Armand, directeur régional de la CNR à Valence.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Françoise Chazal aux rencontres régionales de la CNR

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Elisabeth Ayrault, présidente de la CNR inquiète pour le modèle industriel de son entreprise.

Mardi 17 mai, la compagnie nationale du Rhône présentait les Rencontres de la direction régionale de Valence. La CNR qui existe depuis plus de 80 ans est le premier opérateur national en termes de producteur d’énergie renouvelable. Son mix énergétique concerne l’hydroélectricité, l’éolien et le photovoltaïque.


L’année 2015 a notamment été marquée par un déficit pluviométrique obligeant à vendre l’électricité le MW/h en dessous des tarifs habituels sur les marchés européens. Proche des élus et du territoire, la CNR a proposé deux tables rondes auxquelles ont participé Philippe Armand, directeur régional et Thierry Saegeman, directeur général. Dans une volonté de pédagogie, les interventions étaient accompagnées d’animations interactives et d’extraits de reportages télévisés. La première table ronde concernait la « gestion des crues ». En effet, suite une crue exceptionnelle en 2003, a été mis en place un plan Rhône qui opère une réorganisation concernant la sécurité des personnes, la prévention et la neutralité des barrages. Un comité de pilotage associant notamment les différents acteurs, DREAL, préfecture et communes. Un site vigicrues.gouv.fr permet de relever l’état des eaux et son risque potentiel. La préfecture a pour rôle de diffuser l’alerte auprès des différentes communes. Une seconde table ronde concernait la transition énergétique et le développement durable. La CNR participe en effet à diverses actions pour notamment maintenir le bon état écologique des lônes (passes à poissons et entretien des berges), en développant une offre touristique complémentaire : Viarhôna, tourisme industriel, port de plaisance et trafic fluvial. Auteur de neuf engagements pris en amont de la conférence sur Cop 21, la CNR est un laboratoire des énergies futures et de mobilité durable, en proposant des bornes dédiées aux véhicules électriques. Enfin, Élisabeth Ayrault, P.-D.G., tout en se félicitant des avancées des législations sur la transition énergétique, a dit son inquiétude concernant le modèle industriel d’intérêt général que constitue la CNR, mis à mal par les règlements européens.



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article