ÉCONOMIE

• Mardi 28 juin 2016 à 10h06

Le camping du château de Senaud fait peau neuve

L'ancienne piscine en cours de rénovation.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'ancienne piscine en cours de rénovation.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    A droite, Michel de Maindreville expose son projet aux élus.

Michel de Maindreville et son père se sont lancé un défi : faire renaître le camping du château de Senaud à Albon pour en faire un établissement luxueux de 4 étoiles voire 5 si possible. Le parc a déjà été camping et c’était même un établissement recherché et très connu dans les années 80 à 90. Les Hollandais prisaient l’endroit. « C’était le coin où il fallait être, c’était super-prestigieux à l’époque » assure le futur gérant. C’est un héritage de sa grand-mère, qui l’a créé en 1959. Il était alors affilié à la chaîne des Castels. Des mauvais choix et une motivation en baisse chez la génération suivante ont engendré la fermeture de l’établissement : il n’était plus aux normes et elles sont contraignantes, nombreuses et évolutives pour ce type d’entreprise.


Un nouveau permis d’exploiter a été déposé en 2015 et Michel de Maindreville est dans l’attente d’une réponse de la commission d’accessibilité. Après quelques déboires, il croit toujours en son projet soutenu par son père. « On est des battants c’est familial, c’est dans nos racines et le site est extraordinaire ». Il faut dire que le terrain en hauteur jouit d’une vue extraordinaire sur la vallée du Rhône et l’Ardèche, une vue plutôt bien dégagée. C’est un des atouts mais il y a aussi une belle cave voûtée du temps où le domaine avait ses vignes. Elle faisait une belle salle de réception pour des soirées, d’ailleurs le meuble bar y est déjà. En lien avec le château, qui est la demeure privée de la famille, le domaine possède une petite chapelle, l’histoire précise que le château était la résidence d’été des évêques de Vienne.


150 à 200 emplacements


Il y a aussi des cours de tennis et une belle piscine ainsi que l’aménagement pour un toboggan, ce qui était exceptionnel à l’époque, d’autant qu’il y avait aussi un restaurant et épicerie. De plus, le terrain jouxte le golf et Michel de Maindreville espère bien que celui-ci lui apportera de la clientèle notamment hors saison touristique. « On a tout pour réussir » s’enthousiasme le propriétaire. Le seul souci c’est qu’en attendant la possibilité d’exploiter, le chantier coûte et bien que le propriétaire fasse beaucoup de chose par lui-même, il est coûteux par les matériaux qu’il nécessite. Ouvrir pour l’été 2017 serait providentiel. Les emplacements sont prêts avec les réseaux. Un bloc sanitaire de 400 mètres carrés n’attend plus que sa toiture et l’aménagement intérieur. Autour de la piscine, le bloc est bien avancé. Le camping pourrait compter entre 150 et 200 emplacements. Dans l’immédiat, le chantier qui compte bien des idées est loin d’être terminé. Pierre Jouvet, président de la communauté de communes Porte de DrômArdèche avait fait le choix d’une rencontre sur place avec Michel de Maindreville pour connaître ses besoins et voir comment lui apporter un soutien éventuel. Pierre Jouvet était accompagnée d’Odile Champet, élue en charge du tourisme et directrice de l’office de tourisme intercommunal. Le camping du château de Senaud pourrait devenir un atout pour le territoire en permettant que les touristes ne fassent pas qu’y passer mais y demeurent quelque temps, le découvrent et consomment sur place.


C.C. (CLP)



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • Schellekens

    Is it possible to mail us when the camping opens. We have been there for years. We met madam the Comtesse she was a very nice lady. One day we had to go back home to help our daughter with the newborn baby and she said to me “that’s the “roll des parents” I will always remember that. And we always us the as something is needed to be done. We hope to hear from you.
    Kind regards margriet schellekens