CULTURE

• Samedi 2 juillet 2016 à 10h03

14e Prélude au Festival ce dimanche à l’Espace Sévigné

Un public attentif et nombreux en 2015, sur le thème de la jeunesse.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Un public attentif et nombreux en 2015, sur le thème de la jeunesse.

Pour la 14 e fois cette année, le Prélude chrétien au Festival de la Correspondance de Grignan va précéder ce dernier de quelques jours ce dimanche 3 juillet, à l’Espace Sévigné (salle des fêtes) et ses alentours, rejoignant le thème d’année de l’exil tout en lui adjoignant la Parole. À noter qu’à l’occasion de cette édition, la comédienne Julia de Gasquet, directrice artistique du Festival, rejoint le groupe des lecteurs du Prélude.


Préparé par un groupe de bénévoles catholiques et protestants, le Prélude (entrée libre) souhaite faire vivre de manière très ouverte un temps d’échange et de convivialité à tous ceux qui le souhaitent, entre méditation, beaux textes à découvrir, musique et chants, et verre de l’amitié pour conclure la soirée. Pour la 3e année dans sa nouvelle configuration, à l’Espace Sévigné, et avec un déroulement en plusieurs temps, le Prélude a voulu élargir son public et offrir diverses possibilités : on peut suivre selon son choix et sa sensibilité, un ou plusieurs moments, l’idéal étant bien sûr de vivre l’ensemble de la soirée. Le public a bien répondu présent lors des deux précédentes éditions, avec plusieurs centaines de participants.


Nouveautés et continuité


L’équipe se renouvelle aussi en partie cette année, autour du noyau de fidèles, avec de nouveaux lecteurs-acteurs donnant vie aux textes, et en particulier Julia de Gasquet, directrice artistique du Festival de la Correspondance, qui apportera un nouveau lien avec ce dernier. Le Prélude a en effet toujours « collé » au thème du Festival, tout en lui ajoutant sa spécificité chrétienne, mais c’est la première fois qu’un lien est concrétisé par l’intermédiaire d’une personne. Une dizaine de lecteurs porteront les textes pour un temps de célébration de la lettre, de découverte et de partage avec leur public.

L’originalité du Prélude, c’est de donner à entendre des textes d’hier ou d’aujourd’hui, d’auteurs connus ou d’anonymes, en résonance avec le thème ou écrits pour l’occasion… L’on écoutera par exemple cette année tout autant des écrits de Victor Hugo, Pablo Neruda ou Anne Franck, que de Julien, un Poilu de 1916, de Salina, réfugiée syrienne, de Serge, prisonnier, ou encore de Pierre Charignon ou d’une moniale dominicaine de Taulignan… Des lettres de femmes et d’hommes qui débarquent dans le quotidien, de tous âges et de tous pays. Venant d’ici et d’ailleurs, on ne sait pas toujours d’où. Mais ils raconteront, tels qu’ils les vivent, leurs joies et leurs peines en partageant leur temps d’exil. Une vingtaine de textes se feront découvrir dans toute la force de leur expression, accompagnés ou entrecoupés d’intermèdes musicaux à la cithare et la harpe, et soutenus par quelques images projetées sur la voile d’un bateau.

L’appartenance chrétienne du Prélude est soulignée par un temps de prière œcuménique, à 17 h 15 à la chapelle Saint-Vincent du cimetière.



Un prélude en quatre temps


Cette année, en lien avec tous les exilés de l’époque, il sera animé par Bruno Deroux, curé de la paroisse catholique, et Philippe Perrenoud, pasteur de la communauté protestante, et complété par un texte du pasteur Pascal Geoffroy. Le second temps, à 17 h 45 à l’entrée de la salle des fêtes, sera celui consacré à la musique, avec un court concert de musique classique et régionale. Puis à 18 h viendra le temps de la découverte des textes dans l’Espace Sévigné, mots qui interpellent, interrogent, en faisant vivre l’Exil et la Parole. Enfin, à 19 h 30, arrivera la rencontre festive offerte, dans le patio de la salle, avec le concours amical des vignerons de l’AOC Grignan-les-Adhémar.


M-F.T. (CLP)



Plus d’infos au 06 86 58 42 74
www.leprelude.org


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article