SOCIÉTÉ

• Lundi 4 juillet 2016 à 10h03

788 écoliers sur les Sentiers de la mémoire

la cérémonie au pied du mémorial de Mirmande

  • Illustration actu Grande illustration actu

    la cérémonie au pied du mémorial de Mirmande

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Avec Pierre Chabanne qui leur a raconté des actions de la résistance dans le département

  • Illustration actu Grande illustration actu

    des bouquets tricolores ont été déposés

Le 21 juin a été une journée pour se souvenir, avec d’anciens résistants et déportés, qui ont rencontré 788 élèves, venus d’écoles de communes environnantes sur « Les Sentiers de la mémoire ». Le matin, sur un parcours de 4,300 km, qui relie Mirmande au Mémorial qui surplombe la vallée du Rhône, les élèves, accompagnés d’enseignants et parents, ont pu poser des questions en cheminant sur ces sentiers où, sur des ateliers, les attendaient d’anciens résistants, entourés de bénévoles de diverses associations en lien avec l’Histoire. Cet échange fructueux a donné tout son sens à cette période de l’Histoire, en écoutant des témoignages que les jeunes ne retrouveront pas dans les manuels scolaires, de l’histoire locale. À l’image de celle de Pierre Chabanne qui faisait partie du commando qui a fait sauter le pont de Livron : « Écoutez bien, tout ce que je vais vous dire est vrai, je l’ai vécu ». Ce qui a permis aux enfants de poser leurs questions, pour mieux comprendre l’engagement et le vécu de ces résistants. Au dernier atelier les attendait Jean Monin, ancien résistant, qui fut déporté au camp de Mauthausen. Après le repas, une cérémonie s’est déroulée au pied du mémorial, où les élèves ont écouté l’Appel du 18 juin 1940, avant de déposer des bouquets de fleurs tricolores, offerts par les membres de la Légion d’honneur. Tous les participants ont chanté le chant des partisans, et écouté les hymnes des États Unis et de Grande Bretagne, avant d’entonner, la main sur le cœur une vibrante Marseillaise. Cette action des Sentiers de la Mémoire, 8 e édition, est organisée par la Fédération des unités des FFI de la Drôme, avec son président Daniel Cuoq, et l’association des amis de la fondation pour la mémoire et la Déportation, avec son président Jean Monin. Le directeur de cabinet du préfet de la Drôme, Stéphane Costaglioli, était présent tout comme la directrice de l’ONAC, Fabienne Rozec ainsi que plusieurs maires du canton et de représentants du Conseil départemental et de la Région.


D.  Guilloud-Tanis.


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article