ÉCONOMIE

• Mardi 12 juillet 2016 à 9h51

BTP : un frémissement mais pas encore de reprise

Gérard Payen, Laurent Lanfray, Hervé Saulignac et Eric Spitz ont évoqué les perspectives pour le secteur de BTP dans les mois à venir.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Gérard Payen, Laurent Lanfray, Hervé Saulignac et Eric Spitz ont évoqué les perspectives pour le secteur de BTP dans les mois à venir.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Gérard Payen, président du BTP Drôme-Ardèche, veut rester optimiste.

La semaine dernière se tenait à l’occasion des 120 ans de la Fédération du BTP Drôme-Ardèche, la Nuit du BTP, autrement dit la grande messe du secteur qui emploi en Drôme-Ardèche pas moins de 19 000 salariés.


Une « Nuit » en 2 étapes avec pour commencer la partie assemblée générale avec une conférence d’Olivier Torres sur le thème de la santé des dirigeants de PME (voir encadré), suivie d’une table ronde sur les perspectives du secteur en Drôme-Ardèche. Un deuxième temps plus convivial et informel complétait la soirée avec des échanges et un apéritif sur les stands des partenaires, suivi d’un barbecue musical.


Poursuite de l’investissement public


Une soirée agréable donc, avec en prime quelques bonnes nouvelles… Le président de la fédération du BTP Drôme-Ardèche Gérard Payen annonçant un léger frémissement de l’activité : « la Fédération française du bâtiment table pour 2016 sur une hausse de 0,9 % et la Fédération nationale des travaux publics sur une baisse de 1 %, ce qui est moins mauvais que ce qu’on nous avait annoncé au départ. On ne peut donc pas encore parler de reprise même si les choses semblent bouger. Pour une vraie reprise, il faudra que la confiance revienne, mais le chemin est encore long pour revenir à un niveau correct. »

L’autre bonne nouvelle vient des représentants des collectivités que sont les deux conseils départementaux. Hervé Saulignac, président du Conseil départemental de l’Ardèche, comme Laurent Lanfray, vice-président du Conseil départemental de la Drôme, ont en effet affirmé que malgré la baisse des dotations leur collectivité respective continuerait d’investir sur le territoire. Et quand on sait que la commande publique représente 70 % du chiffre d’affaires du BTP, on peut comprendre la satisfaction du président Payen : « 100 000 € d’investissements ça représente un emploi à temps plein sur un an et 2 emplois indirects. Les investissements ne sont pas utiles, ils sont indispensables. »



Des routes et des bâtiments


Plus concrètement, dans la Drôme ce sont 23 M€ qui vont être investis sur le bâtiment et 40 M€ sur les routes, « l’objectif pour la période 2017-2020 étant de monter à 45 M€ d’investissement par an sur les bâtiments et 45 M€ sur les routes » précise Laurent Lanfray. Côté Ardèche, Hervé Saulignac annonce un rythme plus soutenu dans le renouvellement des collèges, un investissement de 30 M€ sur les routes départementales, sans oublier un budget de 480 M€ investi en 8 ans sur les deux départements pour le déploiement de la fibre optique à la maison. Les deux élus évoquent également l’aide qu’ils accordent aux communes pour la réalisation de leurs investissements et qui joue un véritable effet levier.

Le préfet de la Drôme Éric Spitz quant à lui évoque les investissements importants que va réaliser EDF sur ses centrales du Tricastin sur les 10 prochaines années (460 M€), puis de Cruas. Et affirme que les mesures mises en place par le Gouvernement ont joué leur rôle : « avec le dispositif aide à l’emploi ce sont 4 000 embauches qui ont pu se faire en Drôme, et le BTP est le 3 e secteur à avoir bénéficié de ce dispositif. »

Tout n’est donc pas rose dans le monde du BTP mais il semblerait toutefois que le secteur reprenne doucement un peu de couleurs…



Julie Sanchez


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

C’est en 1 896 qu’un petit groupe d’artisans désireux de rompre avec l’isolement et d’organiser une représentation de la profession, crée la Chambre syndicale des entrepreneurs de bâtiment de Valence, Bourg-lès-Valence et la région. Au fil des ans, ce collectif élargit son périmètre et devient en 1940 le Syndicat général des entrepreneurs et artisans de bâtiment et de travaux publics des départements de la Drôme et de l’Ardèche. Enfin le 2 juillet 1999 il adopte son nom actuel, à savoir Fédération du bâtiment et des travaux publics de Drôme et Ardèche. Une fédération qui regroupe aujourd’hui plus de 550 artisans et entrepreneurs qui emploient plus de la moitié des 19 000 salariés du BTP de Drôme et Ardèche, et réalisent plus de la moitié des 2,6 Mds € de la production BTP des deux départements.

Réagissez

Réagir à cet article