SOCIÉTÉ

• Jeudi 14 juillet 2016 à 9h51

La réforme de l’APA à domicile inquiète le Département

La loi du 1er janvier 2016 a pour objectif de prévenir l’entrée dans la dépendance, à prendre mieux en charge les personnes âgées dépendantes, et vise à soutenir leurs aidants.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La loi du 1er janvier 2016 a pour objectif de prévenir l’entrée dans la dépendance, à prendre mieux en charge les personnes âgées dépendantes, et vise à soutenir leurs aidants.

Entrée en vigueur le 1 er janvier 2016, la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement a pour objectif de prévenir l’entrée dans la dépendance, à prendre mieux en charge les personnes âgées dépendantes, et vise à soutenir leurs aidants. Un ensemble de mesures constitue cette loi, dont une réforme de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile qui relève les plafonds et augmente le montant de l’APA versée aux personnes âgées, et créé un forfait « droit au répit » pour les aidants familiaux.


Sur le fonds, le Conseil départemental, qui finance l’APA, est d’accord avec le principe de tout mettre en œuvre pour permettre aux personnes âgées de rester le plus longtemps à leur domicile : « c’est mieux financièrement et psychologiquement ; c’est donc une bonne loi que j’ai d’ailleurs votée » affirme le président du Conseil départemental Patrick Labaune. Le problème c’est le financement… « L’État ne respecte pas sa parole, et encore une fois le Gouvernement impose une dépense aux Départements sans leur donner les moyens financiers de l’assumer ! »

Pour 2016, le surcoût pour le Département de la Drôme, qui consacre 30,60 M€ à l’APA à domicile (8 736 bénéficiaires), est estimé à 2,20 M€. Et si le Conseil départemental est rassuré pour cette année 2016 qui devrait être compensée par une dotation spéciale de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), il reste inquiet sur la pérennité du financement de ces mesures pour les années suivantes… « Le Département a fait le choix, pour garantir le maintien de l’investissement, d’une trajectoire budgétaire limitant à 1 % les dépenses de fonctionnement. Avec cette nouvelle loi, les choses vont être très compliquées, d’autant que le budget social (APA, RSA, PCH) pèse déjà lourd sur les finances de notre collectivité » conclue Patrick Labaune qui préfère prévenir en attendant de voir ce qui se passera en 2017…



Julie Sanchez

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

123 215 Drômois ont plus de 60 ans et 28 600 ont plus de 80 ans (soit 5,6 % de la population drômoise). 13 762 Drômois sont bénéficiaires de l’APA : 8 736 de l’APA à domicile, et 5 026 de l’APA en établissement.

Réagissez

Réagir à cet article