SOCIÉTÉ

• Lundi 18 juillet 2016 à 9h10

Les infrastructures routières drômoises à l’heure du développement durable

Patrick Labaune, Président du Conseil départemental, Hervé Liotard, vice-président de la Fédération du BTP Drôme/Ardèche, Philippe Klinklin, délégué régional du Syndicat professionnel de l’industrie routière, Paul Galonnier, délégué régional de Syntec-Ingénierie, Denis Delhomme, délégué régional de CINOV, André Gilles, vice-président du Conseil départemental chargé de l’agriculture et des routes et Aimé Chaléon, conseiller départemental délégué aux routes, ont signé une convention d’engagement volontaire des acteurs départementaux pour la prise en compte du développement durable dans la conception, la réalisation et la maintenance des infrastructures routières drômoises. Cette dernière formalise leur volonté de coopération.


Des enjeux importants pour l’avenir


Le réseau routier drômois est au cœur d’enjeux stratégiques pour l’avenir du Département en termes de sécurité, d’aménagement du territoire, de développement économique et touristique. L’objectif est d’offrir les conditions d’une circulation plus facile et plus sûre sur les 4 200 km de routes départementales. Entretien, réparation, amélioration et développement du réseau font l’objet d’une programmation pluriannuelle intégrant une logique d’enjeux d’itinéraires et d’accompagnement des projets d’aménagement du territoire. Aujourd’hui, les infrastructures routières intègrent de plus en plus une dimension environnementale et participent à la dynamique des territoires durables. Pour répondre aux défis sociétaux et environnementaux, l’État et l’Assemblée des Départements de France, ont signé avec les représentants de la maîtrise d’œuvre et des entreprises de travaux publics le 25 mars 2009 la « Convention d’engagement volontaire des acteurs de conception, réalisation et maintenance des infrastructures routières, voirie et espace public urbain ». Encouragés par l’ADF, 51 départements ont déjà signé une déclinaison locale de cette convention pour la concrétiser sur le terrain. Soucieux de la prise en compte du développement durable dans les opérations routières dont il est maître d’ouvrage, le Conseil départemental de la Drôme s’engage à son tour, aux côtés des entreprises drômoises de travaux publics, dans une déclinaison de cette convention.

Cet engagement se traduit par plusieurs objectifs : préserver les ressources non renouvelables (réemploi ou valorisation des matériaux géologiques naturels excavés sur les chantiers, + 50 % en 2018 jusqu’à 100 % en 2025) ; recyclage des déchets d’enrobés (50 % en 2016, 100 % en 2020) ; ouverture aux variantes des appels d’offres pour les travaux supérieurs à 90 000 € sur enrobés avec gravillons recyclés (50 % en 2016, 100 % en 2020) ; ouverture aux variantes des appels d’offres pour les travaux supérieurs à 90 000 € avec possibilité de traitements en place des matériaux naturels et utilisation de Graves de recyclage (50 % en 2016, 100 % en 2020).

La préservation de la biodiversité et des milieux naturels est également un enjeu de cette convention : choix d’une assistance à maîtrise d’ouvrage Environnement par le Département pour ses principaux projets routiers, poursuite des rétablissements de continuité écologique (passes à poissons par exemple) au niveau des ponts soutenant les RD franchissant les rivières, notamment sur la Drôme.

Réduire les émissions de Gaz à effet de serre, et faire des économies d’énergie sont les autres axes forts de cette convention, comme la réduction de la consommation d’eau sur les chantiers de terrassement, sans oublier l’accroissement de la performance environnementale des entreprises et de la route.


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article