ÉCONOMIE

• Lundi 25 juillet 2016 à 9h04

Le Bicemparc de l’Armailler poursuit son développement

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    « L’implantation de ce parc économique a été bien pensé, avec un aspect architectural qui s’intègre bien et qui ne dénature pas cette zone de l’Armailler, plutôt agricole. » a déclaré le maire de Bourg-lès-Valence Marlène Mourier lors de la pose de la première pierre de la phase 3, ici aux côtés de deux de ses adjoints, de Nicolas Daragon, président de Valence Romans Agglo, de Jacques Bonnemayre, vice-président de l'agglo en charge de l'économie, et Claude Yvenat, président de Bicem.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La micro-crèche "Les Nidouilles" ouvrira ses portes en novembre avec 10 places pour des enfants de 0 à 3 ans.

La phase 3 du Bicemparc de la zone d’activité de l’Armailler à Bourg-lès-Valence a été lancée la semaine dernière. Ce « village d’entreprises », qui accueille déjà 6 sociétés, propose donc 6 nouveaux lots de petites surfaces, adaptées pour des PME/PMI ou des artisans. En parallèle a également été livrée la microcrèche « Nidouilles » installée elle aussi sur ce site.


Il y a tout juste un an, en juillet 2015, les deux premières tranches du Bicemparc de l’Armailler étaient livrées. Porté par le contractant général Bicem, ce village d’entreprises se caractérise par de petites surfaces (de 150 à 300 m2) et répond à un véritable besoin sur le territoire. « Souvent nos clients ne vont pas au bout de leur projet car les surfaces de terrains proposés sont trop grandes pour eux. C’est pourquoi avec le Bicemparc nous avons innové en achetant de grands terrains et en proposant ensuite à la vente de petits lots avec des bâtiments très modulaires. Les clients peuvent alors prendre un seul lot ou en regrouper plusieurs en fonction de leurs besoins. » explique Claude Yvenat, président de Bicem, qui est d’ailleurs en réflexion sur des projets similaires au Bicemparc, notamment sur la commune de Portes-lès-Valence : « ce concept de village d’entreprises avec de petites surfaces modulables et mixtes répond à une vraie demande des PME/PMI et des artisans. »


Et au-delà des petites surfaces commercialisées, le Bicemparc veut aussi faire la différence en proposant un emplacement géographique privilégié, une zone facile d’accès, un site sécurisé avec clôture, à l’image soignée avec espaces verts en périphérie, et une copropriété simplifiée et réduite à l’allée commune et au portail automatique. L’idée étant de mutualiser les moyens tout en respectant l’individualisation de chaque projet.

Et preuve que cette proposition correspond à une demande, les 9 lots des deux premières tranches ont rapidement trouvé preneurs, occupés aujourd’hui par 6 sociétés différentes. Quant à la 3e phase dont la première pierre a été posée la semaine dernière, ses 7 lots, représentant au total plus de 1 000 m2, sont déjà tous vendus.

Aucun secteur d’activité n’a été privilégié pour venir s’installer sur cette zone et toutes les entreprises intéressées peuvent l’occuper. « Nous nous assurons juste que la taille de chaque village soit limitée pour conserver la cohérence des entreprises qui s’y installent. » précise Claude Yvenat.



Ouverture d’une microcrèche en novembre


D’ailleurs on trouve aussi sur cette 3e phase du Bicemparc une microcrèche qui elle est bientôt terminée, son ouverture étant prévue pour novembre prochain. C’est Karine Bussac, responsable de structure d’accueil de jeunes enfants depuis 15 ans, qui porte ce projet. « Ça fait longtemps que je réfléchis à ouvrir ma propre structure, avec une volonté de proposer un lieu où l’accueil des petits est plus individualisé. On est dans un accueil collectif mais personnalisé en fonction des besoins de chaque enfant, à mi-chemin entre une assistante maternelle et une crèche » explique-t-elle. Franchise du groupe Baby’s School (GB2S), cette microcrèche appelée « Les Nidouilles », s’étend sur 150 m2 et bénéficiera de deux petits jardins extérieurs.

Dès le mois de novembre, 10 places pour des enfants de 0 à 3 ans y seront donc proposées et Karine Bussac, qui prendra la direction de la structure et d’une équipe de 3 salariés, assure que les demandes ne se sont pas fait attendre : « de personnes qui travaillent sur le Bicemparc mais aussi de salariés de l’entreprise Imaje, juste à côté. Mais notre structure est ouverte à tous et nous donnerons priorité aux parents qui travaillent à temps plein et qui sont deux à travailler ». Et pour tordre le cou à une idée reçue, Karine Bussac précise que placer son enfant en microcrèche privée ne coûte pas plus cher qu’en structure publique : « la seule différence, c’est que les parents doivent faire l’avance avant de toucher le complément de la Caf, exactement comme chez une nounou. » (les demandes peuvent être adressées à k.bussac@gb2s-franchise-creche.com).



La phase 4 est lancée


Au total 16 lots sur près de 9 000 m2 de terrain ont été vendus sur le Bicemparc qui ne compte pas s’arrêter là ! Une 4e tranche de 7 000 m2 est en effet déjà en préparation de l’autre côté de la route. Trois grosses entreprises devraient prendre leurs quartiers sur cette 4e tranche dont J2C étanchéité (aujourd’hui à Saint-Marcel-lès-Valence). À terme une douzaine de sociétés devraient donc s’installer sur le Bicemparc, représentant près de 70 salariés. Et c’est sans parler d’une 5e tranche évoquée par le maire de Bourg-lès-Valence Marlène Mourier mais sur laquelle Claude Yvenat ne veut pour l’instant pas en dévoiler plus…



Julie Sanchez


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article