SOCIÉTÉ

• Dimanche 7 août 2016 à 9h23

Zoom sur la régie de quartier du Valentinois

L'activité peinture représente une grosse partie de l'activité de la Régie de quartier (29 % du chiffre d'affaires) qui intervient sur des marchés proposés par l'OPH, DAH et un peu de particuliers.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'activité peinture représente une grosse partie de l'activité de la Régie de quartier (29 % du chiffre d'affaires) qui intervient sur des marchés proposés par l'OPH, DAH et un peu de particuliers.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le nettoyage des parcs représente 14 % du chiffre d'affaires de la Régie de quartier du Valentinois. Les équipes nettoient 43 parcs et squares et entretiennent la rocade et la zone franche de Valence.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Les deux équipes du Service d'intervention rapide ramassent les encombrants dans les quartiers de Fontbarlettes, du Plan, du Polygone et de Valensolles. Elles effectuent le tri en dechetterie afin de valoriser les dechets. Certains objets et meubles peuvent aussi être restaurés pour une deuxième vie par l'intermédiaire de la ressourcerie Regie Broc'.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Bernard Soliveres est le directeur de la Régie de quartier du Valentinois depuis fin 2003.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Après avoir connu des difficultés d’ordre administratif il y a quelques semaines, la Régie de quartier du Valentinois a retrouvé le sourire et voit son avenir s’éclaircir. Tant mieux car son action est importante sur les quartiers de Valence, voire indispensable. Zoom sur cette structure d’insertion professionnelle aux multiples facettes.


Il y a quelques semaines, la Régie de quartier du Valentinois s’est inquiétée car la Direccte de la Drôme menaçait de la déconventionner de son agrément « structure d’insertion » au motif qu’un accompagnateur professionnel, en maladie depuis plusieurs mois, n’avait pas été remplacé… Une décision un peu radicale d’autant que le directeur de la Régie Bernard Soliveres travaillait à ce recrutement. Il s’est donc défendu pour se faire entendre, et avec l’aide du maire de Valence qui a soutenu la Régie de quartier, tout est rentré dans l’ordre et la convention a été renouvelée pour 6 mois, soit jusqu’à la fin de l’année.


Heureusement car ce déconventionnement aurait entraîné la perte de toutes les aides de l’État et par conséquent la fermeture de cette structure. Or le travail réalisé par la Régie de quartier du Valentinois est loin d’être anodin, tant en matière de services que d’insertion professionnelle. Car pour rappel une régie de quartier a pour objectif d’apporter des services aux quartiers dits sensibles (en matière d’environnement, d’entretien, de rénovation urbaine…) en employant via les dispositifs d’insertion professionnelle conventionnés par l’État, des habitants du quartier pour réaliser ces prestations.


Quelles activités ?


Créée en 1994 sous l’impulsion de la ville de Valence, la Régie de quartier du Valentinois est aujourd’hui sous statut associatif et complètement indépendante, répondant comme n’importe quel autre prestataire à des appels d’offres émanant de la ville, de l’OPH, de DAH ou d’autres, pour des marchés concernant l’amélioration des 5 quartiers sur lesquels intervient la régie, à savoir Fontbarlettes, le Plan, Polygone, Chamberlière et Valensolles.

Et ses prestations sont très diverses. Une bonne partie concerne le bâtiment avec des services proposés en maçonnerie, en rénovation intérieure, en peinture, et une autre plus tournée sur l’environnement et le nettoyage avec des activités d’enlèvement des encombrants, d’aide au déménagement, de nettoyage de logements et de parcs, et depuis peu la rénovation de mobilier urbain en peinture. La Régie a également été retenue pour distribuer des flyers pour le compte de la ville de Valence.

Toutes ces prestations sont donc assurées par 32 salariés en parcours d’insertion professionnel qui tournent sur les différents chantiers. Des salariés sous contrat qui vont de 4 à 24 mois (11 mois en moyenne) et qui en parallèle bénéficient d’un accompagnement avec un objectif d’emploi ou de formation qualifiante. « En 2015 nous avons accueilli 75 salariés en parcours d’insertion et sur les 38 qui ont déjà terminé leurs parcours, nous affichons 80 % de sorties positives (CDI ou CDD de plus de 6 mois, formation qualifiante)  » se réjouit Bernard Solivères qui annonce que les chiffres devraient être similaires en 2016. Par contre, lors de la dernière assemblée générale de la Régie qui s’est tenue début juillet, le Conseil d’administration a pris de nouvelles orientations concernant le profil des salariés en parcours d’insertion : « en 2015 nous avons accueilli 87 % d’hommes ; pour 2016 il a donc été décidé de favoriser un peu plus les femmes. Et si l’année dernière il avait été choisi de mettre l’accent sur les jeunes, en 2016 c’est sur les séniors (+ 45 ans) qu’un effort particulier sera fait, ainsi que sur les demandeurs issus des quartiers Polygone et centre-ville. » explique le directeur.



Favoriser le lien social


La Régie de quartier est aussi un acteur du lien social et de médiation administrative sur les quartiers. Elle aide par exemple les habitants des 5 quartiers sur lesquels elle intervient à remplir certains documents administratifs, à rédiger des courriers, CV et lettres de motivations. « Une activité d’écrivain public », résume Bernard Solivères qui ajoute que la Régie a également pour vocation «  d’apporter une dimension citoyenne et une éducation en la matière aux habitants » . Ainsi la Régie propose un service développement durable avec un appartement éco-citoyen pour sensibiliser aux économies d’énergies, qui a reçu plus de 200 visites en 2015. Mais aussi un atelier multimédia avec 7 ordinateurs en libre-service, et une petite ressourcerie qui grâce aux dons de particuliers permet aux familles de se meubler à des prix abordables. Cette Régie broc’a déménagé en cours d’année pour rouvrir ses portes début juin rue d’Asti.

L’action de la Régie de quartier s’articule donc sur un triptyque qu’est l’amélioration du cadre de vie, l’insertion par l’activité économique, et le renforcement du lien social sur les quartiers. Une action qui a tout son intérêt et qu’il aurait été dommage de voir s’arrêter…



Julie Sanchez


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article