CULTURE

• Samedi 10 septembre 2016 à 9h10

L’exposition annuelle débute ce week-end

Le prieuré de Manthes s'apprête à devenir durant deux semaines un haut lieu de la culture.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le prieuré de Manthes s'apprête à devenir durant deux semaines un haut lieu de la culture.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La secrétaire et la présidente des amis du Prieuré

C’est autour du titre généraliste « Esprit minéral » que vont se regrouper 10 artistes pour ce qui constitue l’événement culturel majeur de la commune de Manthes, à savoir l’exposition proposée par Les Amis du Prieuré. Celle-ci s’étalera du samedi 10 au dimanche 25 septembre et sera ouverte tous les jours avec un accès gratuit.


Des couleurs et des textures


Côté peinture, Jean Luc Boire sera présent. Il vit et travaille à Romans-sur-Isère. Il est illustrateur, peintre et pédagogue auprès de publics divers. Il présentera un travail de nature morte et de portrait réalisés sur « le vif » avec la particularité de donner l’impression que la lumière fait vibrer la couleur. Frédéric Lorton viendra lui de la Loire. Il proposera des réalisations où la peinture retrouve les textures de la terre et de la roche. « Ce sont les couleurs qui trahissent la lumière, ce sont les noirs et les grises qui font naître la couleur » commente-t-il. Toujours en peinture, Richard Hadorn présentera son œuvre. « Je travaille exclusivement sur papier, j’utilise fusain, pierre noire, pigments et pastels, encre de chine. Représenter la réalité n’est pas mon objectif même si certains de mes travaux sont à la limite de la figuration. Les formes que l’on pourrait voir sont imaginaires » .

« Comment évoquer, par l’un des supports les plus légers qui soient (le papier de soie) la puissance et le poids de la roche, la complexité, la richesse et la poésie des surfaces pariétales. Le minéral s’est immiscé dans mes inspirations » explique Jean-Marc Paubel qui invite le public à comprendre en venant voir ses œuvres. Maurice Sage présentera des images composées d’ormes pures, virginales, natives comme surgies d’un règne minéral. « Elles sont prémices de pensée, de conscience et de vie, ni abstraites, ni figuratives, ni narratives, ni métaphoriques, elles ne représentent rien d’autre qu’elles-mêmes » détaille Pierre Souchaud à propos du travail de Maurice Sage. Lui-même sera exposé. « Ses œuvres sont composées de pans de fragiles étendues chromatiques qui s’interpénètrent en un tout dynamique, émouvant et mouvant, dense et instable » explique Christian Noorbergen.



Formes et volumes


Comme chaque année, les différentes salles accueilleront sur les murs les peintures et en leur centre des sculptures. Celles de Guillaume Gouffinal, sont « de véritables architectures, chambres pour l’œil, des vanités sans os ni crânes ». Il les crée à partir de matériaux simples tels que le bois et l’osier pour réaliser à partir des techniques de la sculpture et la fonderie.

De son côté, Frédérique Jeantet « travaille le papier. Donner à une surface plane, le volume, les courbes m’intéressent. Mes sculptures sur pied ou murales sont toujours une recherche du mouvement, de l’élan, de l’érosion, et, de la lumière » .

Autres sculpteurs, autres manières de travailler avec Pierre Riba qui présente ainsi son propre travail. « J’oscille entre sérénité des origines et déchirures de la vie. Dans mon travail le matériau n’est pas seulement un moyen au service d’une pensée et participe aussi à la formation de l’idée. Ce travail a parfois un aspect brut, presque primitif parfois il est plus sophistiqué » .

Seule céramiste, Chantal Ferroussier travaille divers matériaux qu’elle glane, trouve sur les bords des chemins. « Je me laisse imprégner par ce que la nature offre à mon regard, par les lignes, les formes et les couleurs, dans les paysages, les ciels et les éléments naturels » . À chacun de retrouver l’inspiration telle que la décrivent les artistes à travers les quelques œuvres qui formeront cette exposition qui se veut à la fois complète et en même temps ouverte, suscitant la curiosité permettant d’aller vers d’autres expositions, d’autres ouvertures sur l’art. Le lieu chargé d’histoire qu’est le prieuré offre un écrin qui met en valeur la modernité de toutes ces œuvres.



C.C (CLP)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article