ÉCONOMIE

• Mardi 13 septembre 2016 à 9h10

Saison touristique: tendance à l’optimisme

Bruno Domenach, Patrick Labaune et Laurent Lanfray, optimistes sur la saison estivale 2016, sont également confiants pour l'avenir du tourisme en Drôme.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Bruno Domenach, Patrick Labaune et Laurent Lanfray, optimistes sur la saison estivale 2016, sont également confiants pour l'avenir du tourisme en Drôme.

Les chiffres précis seront divulgués l’hiver prochain. Mais au sein de l’agence de développement touristique de la Drôme (ADT), on est plutôt confiants. « Les premiers retours que nous avons des hébergeurs sont bons, très bons même pour ce qui concerne le mois d’août » , a d’ailleurs confirmé Bruno Domenach, directeur de l’ADT, en présence de Patrick Labaune, président du Conseil départemental et de Laurent Lanfray, vice-président délégué au tourisme. « Trois quart des répondants à notre sondage de fin de saison déclarent que la fréquentation a été stable voire en hausse par rapport au mois d’août 2015. Ce niveau de satisfaction est le plus élevé des six dernières années » .


La Drôme deviendrait-elle une destination prisée ou est-ce grâce une certaine conjoncture favorable en 2016 ? Les deux sans doute. Les efforts de communication entrepris ces dernières années par l’ADT pour mettre en valeur les atouts de nos paysages, de notre cuisine ou de notre patrimoine semblent porter leurs fruits, mais les circonstances d’une année particulière sont aussi à mettre en avant.

» Malheureusement, les attentats et le contexte international ont dissuadé les gens d’aller dans les pays arabes, sur la Côte-d’Azur et ils ont plutôt eu envie d’éviter des destinations où il y a un peu trop de foule » , analyse Patrick Labaune. « L’euro de foot a aussi décalé les dates d’entrée en vacances. Certains ont dû reporter leur départ et voire changer leurs plans à cause des attentats » . Le côté plus intime, plus calme en définitive de la Drôme, a sans doute séduit. Et puis les professionnels drômois ont également fait des efforts. Selon Laurent Lanfray, « il y a un bon rapport qualité-prix chez nous » .

La saison estivale a de surcroît bénéficié d’une météo excellente. Seul un petit samedi de pluie n’a pas permis la tenue, par exemple, de l’une des soirées théâtrales au château de Grignan par ailleurs blindées durant tout l’été (plus de 33 000 spectateurs).

D’une manière générale, une bonne partie de la clientèle est régionale (26 % des nuitées en provenance de Rhône-Alpes, dont beaucoup de Lyonnais), voire locale, et il n’est pas rare de voir des Drômois passer eux-mêmes leurs vacances en Drôme. Le département dispose en particulier de deux destinations très prisées, outre le château de Grignan : la ferme aux crocodiles de Pierrelatte qui annonce des données provisoires en progression de 10 % et le palais Idéal culminant à 134 000 visites de janvier à août (en progression par rapport à 2015). L’agrotourisme est aussi en plein essor, avec la spécificité « Bio » de plus en plus remarquée en France et à l’étranger par les touristes. Certains étrangers (tels les Néerlandais ou les Allemands), sensibles aux questions écologiques, reviennent dans les terres drômoises aussi pour cette raison.

Et pour l’avenir, le tourisme cultuel pourrait bien encore renforcer les chiffres. « Gouverner, c’est prévoir » , martèle Patrick Labaune. « La béatification prochaine de Marthe Robin nous force à réfléchir à l’avance. Il y aura probablement un afflux plus important qu’aujourd’hui encore de pèlerins du monde entier, si sa béatification a lieu en 2018. Nous travaillons donc en ce moment même à créer la fameuse sortie autoroutière du Nord du département, soit à Albon, soit à Saint-Uze, qui permettra notamment aux cars de pèlerins de venir plus aisément sur Châteauneuf-de-Galaure » . Un tourisme particulier, mais un tourisme qui va probablement compter dans les prochaines années.



Cyril Lehembre


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article