POLITIQUE

• Samedi 22 octobre 2016 à 9h52

Un besoin de « durabilité » au congrès des maires de la Drôme

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Jeudi dernier, les maires drômois étaient réunis au parc des expositions de Valence pour le Congrès départemental de l’association des maires et présidents de Communauté de communes de la Drôme.


Un rendez-vous devenu traditionnel et auquel les élus drômois sont attachés puisqu’il leur donne l’occasion d’échanger sur des problématiques communes, avec beaucoup de sérieux mais toujours dans la convivialité.

L’occasion aussi pour Michel Grégoire, président de l’association des maires de la Drôme, de passer des messages, aux maires drômois mais aussi à l’État, le préfet de la Drôme Éric Spitz assistant à ce congrès. Par exemple en matière de coopération intercommunale : « Nous venons de boucler le schéma départemental de coopération intercommunale, mais il y a encore des zones d’ombre sur beaucoup de sujets, notamment sur le transfert des compétences, sur la sécabilité en matière de voirie communale et communautaire, le montant des dotations pour les nouvelles intercommunalités, l’implication de la Région dans tout cela… ». Toujours sur ce sujet, Michel Grégoire demande que la CDCI (Commission départementale de coopération intercommunale) perdure au-delà de la mise en place du nouveau schéma « afin de faire un bilan le moment venu du travail engagé et de voir quels sont les impacts de ces fusions. ». Et conclu par un vœu : « nos élus ont besoin de poser les valises. On a accepté ces réformes et ces nouveaux découpages, maintenant nous avons besoin de temps et surtout de durabilité, pour pouvoir travailler notre politique, au sens noble du terme. »

Évidemment Michel Grégoire est aussi revenu sur la question des migrants, indiquant que la position de l’AMF (Association des maires de France) était d’être solidaire par rapport à ce drame, tout en insistant sur le fait que le protocole d’accord devait être renforcé et élaboré plus en amont avec les élus pour mieux accueillir ces populations, mieux informer les habitants, et mieux préparer les élus.

Pour conclure, le président des maires drômois a tenu à rappeler son attachement au territoire communal et à la fonction de maire : « Je crois encore à la commune du XXI e siècle. Nous sommes les flambeaux du territoire, avec des missions nouvelles, bien différentes d’il y a quelques années. Même si elle a fait grincer des dents car nous bousculant dans nos habitudes, la question de la réorganisation territoriale était attendue, et je fais le vœu que tout le travail fait en amont portera ses fruits dès les premières années. »



J.S.



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article