CULTURE

• Mardi 1 novembre 2016 à 12h43

L’expérience réussie d’Esanim !

Sébastien, Aurélien, Julien et Harmony sont les 4 piliers d'Esanim dont ils composent le bureau.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Sébastien, Aurélien, Julien et Harmony sont les 4 piliers d'Esanim dont ils composent le bureau.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'objectif de l'association Esanim n'est pas d'apprendre la science aux enfants mais de leur la faire découvrir à partir d'expériences concrètes.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Esanim intervient auprès de 16 écoles primaires valentinoises, soit près de 300 enfants concernés par leurs interventions (ici à la Fête de la science en septembre dernier).

Créée cet été, l’association Esanim, portée par 4 étudiants de l’Esisar et de l’ESME Lyon, propose des interventions dans les TAP pour animer des expériences scientifiques et ainsi faire découvrir la science aux plus jeunes. Rencontre avec ces étudiants motivés et investis.


Il y a 2 ans, à l’initiative de Sébastien, alors étudiant à l’école d’ingénieurs Esisar de Valence, un projet était lancé pour faire intervenir des étudiants de l’école valentinoise auprès des jeunes écoliers de la région sur les temps de TAP (temps d’activité périscolaire) sur des animations d’ordre scientifique. Une proposition qui a séduit plus d’une école primaire et qui s’est doucement développée sous l’égide de l’Esisar.


Mais pour gagner en souplesse et afin de pouvoir intégrer des étudiants d’autres écoles parmi les animateurs, les 4 étudiants porteurs du projet ont souhaité se détacher de l’Esisar et voler de leurs propres ailes. Cet été, Sébastien (aujourd’hui étudiant à l’ESME Lyon), Julien, Aurélien et Harmony ont donc créé l’association Esanim (pour Expériences Scientifiques Animations) et se sont entourés d’une équipe d’une dizaine d’étudiants de l’Esisar (à partir de la 3 e année) mais aussi de l’IUT, de l’UJF et de l’ISTM, qui interviennent comme animateurs de TAP dans les écoles primaires les jeudis après-midis.


Une vraie petite entreprise


« Nous travaillons avec 16 écoles de Valence et la MJC du Plan, avec près de 300 enfants de cycle 2 (CM1/CM2). Nous faisons des interventions de 1 h à 1 h 30, en petit groupe (18 enfants en moyenne), sur un temps compris entre deux périodes de vacances scolaires. Nous sommes donc en parallèle sur 4 écoles en même temps. » explique Aurélien qui précise que les animateurs peuvent intervenir seul ou à deux. « Nous formons nos animateurs, mais les nouveaux sont toujours en binôme au début, avec un animateur plus expérimenté. Ensuite on voit comment ils veulent et peuvent évoluer » .

Et les 4 jeunes étudiants qui portent Esanim et qui sont aujourd’hui à la tête d’une vraie petite entreprise, ne recrutent pas n’importe qui : « nous sommes regardants sur les animateurs mais c’est normal car nous tenons à proposer des interventions de qualité. Ce sont des animateurs que nous rémunérons donc ils doivent assurer cette qualité. » explique Sébastien qui précise que les interventions proposées sont très encadrées, avec des fiches techniques pour chaque expérience précisant le déroulement de la séance et le matériel nécessaire.

Une organisation bien rôdée qui a nécessité un gros travail de préparation en amont. Et pour gérer au mieux leur affaire, Aurélien et Julien, codeurs émérites, ont même passé leur été à développer un programme leur permettant une autogestion informatisée rapide et efficace de leur activité, avec notamment édition des factures et des fiches de payes qui se font toutes seules. Au final ce sont près de 5 heures gagnées chaque semaine, ce qui n’est pas négligeable et même absolument nécessaire pour ces jeunes qui poursuivent en parallèle leurs études. C’est d’ailleurs pour cette raison que leurs interventions ne se font que les jeudis après-midi, demi-journée de repos pour les étudiants valentinois.



Victime d’un certain succès


Concrètement, les interventions proposées sont des expériences autour de l’eau, du feu, de l’électricité et de l’air. Et là aussi rien n’est laissé au hasard : « Sur la période, on essaye d’avoir une certaine continuité. On peut aussi s’adapter aux demandes des instituteurs qui parfois aiment garder une cohérence avec ce qu’ils voient en classe avec les élèves. »

Et quand on demande quel est l’objectif de leurs interventions, les 4 étudiants répondent d’une même voix : « Notre seul critère de réussite est que les enfants s’amusent ! Notre but n’est pas de leur expliquer la science mais qu’en s’amusant ils en découvrent les bases. L’idée est plutôt de leur montrer ce qu’est une démarche scientifique et que derrière chaque phénomène de chaque expérience il y a quelque chose d’intéressant à analyser. Pour le reste on laisse faire. On ne leur apprend pas la science, on leur la fait découvrir. »

Et leur jeune public est très réceptif, appréciant sans doute aussi, même inconsciemment, que ces expériences soient conduites par des jeunes. Et les « adultes » ne s’y trompent pas car après seulement quelques mois, Esanim est déjà victime de son succès. « On était présent sur la Fête de la science à Valence il y a quelques semaines, et on a eu beaucoup de demandes des écoles publiques, mais aussi des écoles privées qui n’ont pas de TAP mais qui nous demandent d’intervenir en classe. » Preuve que la proposition est bonne et que cette « transmission » de savoirs et de connaissances entre deux jeunes générations séduit tout le monde.



Expérience gagnante


Si l’expérience est intéressante pour les enfants, elle l’est aussi pour nos 4 jeunes étudiants, chacun ayant trouvé sa place dans l’association : Sébastien assure la relation client et le démarchage commercial, Harmony la comptabilité, Aurélien la communication et le secrétariat, et Julien le contenu pédagogique et les RH.

« C’est très formateur pour nous à plusieurs niveaux et ça nous apporte beaucoup personnellement. On apprend la gestion d’une activité avec tout ce qui est comptabilité, communication, démarchage commercial, recrutement… Et puis ça nous oblige à beaucoup de sérieux dans ce qu’on propose. On s’adresse à des enfants et on ne doit pas raconter n’importe quoi. Enfin, c’est très gratifiant de voir que les enfants passent un bon moment. »

Expérience plus que réussie pour Esanim qui a su trouver la bonne alchimie !



Julie Sanchez



Plus d’infos sur http://esanim.fr/
Page Facebook : Esanim – Expériences Scientifiques Animations



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article