ENVIRONNEMENT

• Lundi 12 décembre 2016 à 9h45

Lancement du réseau « Eborn » dans la Drôme

Un disque est donné avec l'abonnement, offrant la possibilité à l'usager de stationner gratuitement pendant la durée de la recharge sur l'emplacement prévu.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Un disque est donné avec l'abonnement, offrant la possibilité à l'usager de stationner gratuitement pendant la durée de la recharge sur l'emplacement prévu.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Jean Besson, président du SDED, exposant aux élus des 26 communes drômoises déjà équipées en bornes le modus operandi du système.

Alors que Paris et sa proche banlieue ont eu à faire face en début de semaine à un pic de pollution, contraignant les autorités à mettre en place la très délicate circulation alternée, la Drôme soigne son image de territoire « vert » en investissant dans la mobilité électrique. En effet, le Département, par l’intermédiaire de son Syndicat d’énergies (SDED), se lance dans l’ambitieux programme « eborn » (voir encadré), qui prévoit un déploiement massif de bornes de recharges pour voitures électriques sur l’ensemble de son territoire à l’horizon fin 2017.


Peur de la panne sèche


Si le marché de la voiture électrique semble vouloir se développer depuis 2011, les consommateurs restent encore très timides. Principal frein évoqué : la peur de la panne sèche. Les véhicules électriques affichent en effet une autonomie encore très inférieure à celle des motorisations à énergie fossile (essence, gazole), même si de gros progrès techniques sont en train de voir le jour – Renault annonce par exemple une autonomie d’environ 400 km pour sa petite citadine Zoé. Aussi, pour lever cette peur et rassurer le consommateur drômois, le SDED s’est engagé dans un vaste programme, élaboré en partenariat avec le Département de la Drôme et avec le soutien financier de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), qui subventionne à 50 % le projet.


228 points de recharge fin 2017


Le programme drômois, inscrit dans l’initiative régionale « eborn », prévoit l’installation de 114 bornes, soit 228 points de recharges, d’ici fin 2017 – aujourd’hui, 26 sont déjà en service. « On ne pourra pas mettre des bornes partout, explique Jean Besson, président du SDED, mais nous veillerons à une bonne répartition, en privilégiant les zones rurales et l’arrière-pays, avec la volonté affichée de soutenir le développement économique local » , à savoir le tourisme, le commerce de centre-ville et les lieux culturels. Le département comptera à terme une borne tous les 15 à 20 km, sans prendre en compte le nombre d’habitants. L’objectif est d’éviter toutes « zones blanches ». C’est pourquoi le syndicat travaille en lien étroit avec les communautés de communes et les communautés d’agglomérations pour assurer ce maillage complet.

Un système d’abonnement par carte est d’ores et déjà mis en place par le SDED, dont l’inscription est gratuite jusqu’à fin 2017 – bien sûr l’utilisateur non-abonné peut utiliser les bornes. Cette carte permet dès aujourd’hui l’accès aux bornes ardéchoises, et tout a déjà été pensé dans le cahier des charges « eborn » pour que le système puisse s’adapter à un réseau national le cas échéant.



Frédéric Coutisson



Renseignements et abonnement : www.sded.org

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le réseau « eborn » s’inscrit dans une authentique démarche régionale, puisqu’il concerne aujourd’hui cinq syndicats d’énergies (SDE) : Ardèche, Drôme, Isère, Haute-Savoie et Hautes-Alpes, et annonce à terme l’installation de 850 bornes ; les équipements pourront être également utilisables par les vélos électriques. Ajoutons qu’« eborn » pourrait encore s’étendre, et concerner très prochainement deux SDE supplémentaires. C’est l’entreprise Spie qui a décroché le marché « eborn », pour environ 11.5 millions d’euros.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • freelander26

    Sur leur borne rien ne marche comme prévu, carte bleu sans contact ne marche pas, impossible de se connecter avec l’application, et de plus il faut avoir du réseau 3 g à proximité, mais pas de flash code de toute façon pour identifier les bornes. De plus sur leur site, la carte des bornes ne marchent pas, j’ai tourné 20 mn dans Tulette, je n’ai jamais trouvé la borne qui est soit disant en service, mais où ?
    Le service est vraiment lamentable, rien en marche, pour un pays qui organise des COP21, c’est misérable ! Et les autoroutes gratuite pour les voitures électriques, c’est pour quand aussi ? On est vraiment en retard par rapport aux autres pays. Nos politiciens ne sont vraiment que des beaux parleurs avec jamais rien qui n’aboutis ! C’est tellement plus facile de faire 4 vignettes et de contraindre les gens sans proposer des solutions alternatives dans les grandes villes ! Sortez le un peu votre pognon gagné sur les taxes de pollution !