ÉCONOMIE

• Jeudi 12 janvier 2017 à 11h02

Les premières neiges artificielles avant la vraie poudreuse

Les premières neiges artificielles sont arrivées sur le Vercors Drôme.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Les premières neiges artificielles sont arrivées sur le Vercors Drôme.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La piste de découverte « l'Eterlou » a pu être ouverte à Font-d'Urle.

C’est un petit événement qui vient de se dérouler sur les stations du Col de Rousset et de Font-d’Urle. Sur ces deux sites, les techniciens des stations ont produit la première neige artificielle en Vercors Drôme. Résultat d’une volonté du Département, les deux stations sont désormais chacune équipées d’un enneigeur. Ici, pas question de canons au bord des pistes, mais d’une machine mobile destinée à fabriquer un peu de neige lorsque celle-ci fait défaut, afin de pouvoir garantir un minimum d’activité.


À ce jour, l’enneigement artificiel produit sur le site de Font-d’Urle permettra d’assurer de courtes séances de découverte de ski alpin et donc d’accueillir les nombreuses sorties scolaires programmées. Une production qui aura nécessité près de quatre jours de fonctionnement de l’enneigeur pour rendre skiable la petite piste dite de l’Eterlou et utilisé plus de la moitié de la réserve d’eau attribuée pour la saison. À noter, que dans l’attente d’autres solutions, pour l’instant, les machines fonctionnent avec l’eau du « réseau ». Le choix de la production de neige de culture divise les observateurs d’autant qu’un déficit record de pluviométrie pas vu depuis 50 ans a été constaté sur le secteur de Bouvante et du Royans.


La neige, mais à quel prix ?


La plupart des professionnels du tourisme et surtout ceux dont l’activité est liée au ski se réjouissent de cet investissement « qui nous permet d’avoir un minimum de travail et de pouvoir nous en sortir » nous expliquait un moniteur de ski qui se dit malgré tout « écologiste ». Mais d’autres se montrent plus que réservés. Ce débat revient chaque saison lorsque la neige se fait attendre.

Il a été ravivé avec le plan neige proposé par le président de la Région Laurent Wauquiez, qui engage notamment plusieurs millions d’euros destinés à l’équipement des stations en outils de production de neige de culture. Dans un contexte de dérèglement climatique, à un moment où les pays semblent s’engager vers un plus grand respect d’utilisation des ressources naturelles telles que l’eau, de plus en plus de voix se font entendre et souhaitent tourner la page du « tout ski » d’autant que « la montagne ne manque pas de ressources pour offrir d’autres loisirs » , témoigne un professionnel de la promotion touristique. Un habitant confiait : « Il me paraît illusoire de penser qu’un investissement en neige artificielle est une manière de transiter vers autre chose. Au contraire, cela entrave et freine tout le processus de réflexion qu’il devient urgent d’avoir. Ce qui est certain, c’est que les budgets de la Région pour équiper les stations ne sont absolument pas pensés en ce sens et il n’y a toujours aucune démarche de transition vers un tourisme hivernal sans neige » .

Pour l’instant, le ski demeure l’activité qui génère le plus de retombées économiques, mais à quel prix et pour combien de temps ? Alors, est-ce que les « consommateurs », par souci de respect de l’environnement sont-ils prêts à se tourner vers d’autres activités ? Rien n’est moins sur pour l’instant. Mais la question doit effectivement être posée et peut-être que les territoires de moyenne montagne devraient-ils réfléchir à de nouveaux modes de promotions, à un nouveau positionnement marketing ciblant d’avantage un public « responsable » sensible aux valeurs environnementales et en recherche de quiétude, d’une vraie nature authentique que l’on peut encore découvrir ici, loin des grandes stations « urbanisées » et de leur production de neige de culture que certains surnomment déjà « l’or gris ».



Gil Borel (Clp)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article