SOCIÉTÉ

• Vendredi 13 janvier 2017 à 9h20

Les pompiers drômois veulent voir grossir leurs rangs

La Drôme compte aujourd'hui 2 400 sapeurs-pompiers volontaires qui épaulent quotidiennenent 300 sapeurs-pompiers professionnels. Un effectif à peu près stable mais l'objectif est de veiller à ce qu'il ne diminue pas, voire qu'il progresse à l'horizon 2019 - Photo d'archives.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La Drôme compte aujourd'hui 2 400 sapeurs-pompiers volontaires qui épaulent quotidiennenent 300 sapeurs-pompiers professionnels. Un effectif à peu près stable mais l'objectif est de veiller à ce qu'il ne diminue pas, voire qu'il progresse à l'horizon 2019 - Photo d'archives.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le colonel Olivier Bolzinger, directeur du Sdis 26 et chef de corps, le préfet Eric Spitz, et Laurent Lanfray, président du conseil d'administration du Sdis de la Drôme, ont présenté le plan d'action en faveur de volontariat développé par le Sdis de la Drôme.

Ce n’est pas un scoop. En France le volontariat a de plus en plus de mal à trouver des adeptes et le monde des sapeurs-pompiers est touché comme les autres. En 10 ans, le pays a perdu 10 000 sapeurs pompiers volontaires. Et si l’hémorragie continue, elle peut mettre en péril le système qui repose sur une manne de 250 000 sapeurs-pompiers dont 193 000 sont volontaires…


Devant ce constat, en octobre 2013, à l’occasion du Congrès national des sapeurs-pompiers de France, l’État a signé avec les instances représentants les sapeurs-pompiers une convention l’engageant dans un plan d’action pour développer le volontariat. Le Sdis de la Drôme, bien que n’ayant pas plus de problème d’effectifs que d’autres et pouvant compter sur 2 400 sapeurs-pompiers volontaires, a voulu aller plus loin et développer son propre plan d’action. « La Drôme est à peu près à l’équilibre. C’est-à-dire que chaque année nous rentrons autant de nouvelles recrues que de sapeurs-pompiers qui nous quittent. Mais cet équilibre reste fragile et nous ne nous satisfaisons pas de cela, d’autant que la situation n’est pas tout à fait la même dans tous les secteurs et que le nombre ne fait pas tout » précise le colonel Olivier Bolzinger, directeur du Sdis 26, qui en profite pour remercier les groupes de sapeurs-pompiers qui ont travaillé sur ce projet de développement du volontariat.


Trois objectifs


« Avec ce plan mené sur la période 2017-2019 et auquel nous affecterons des moyens conséquents, nous poursuivons trois objectifs, explique Laurent Lanfray, président du conseil d’administration du Sdis de la Drôme. Augmenter le nombre de sapeurs-pompiers volontaires, notamment en zone rurale ; améliorer la disponibilité des sapeurs-pompiers ; et enfin pérenniser l’engagement car celui-ci se réduit, 1/3 des sapeurs-pompiers démissionnant avant 5 ans aujourd’hui. » .

Sur le recrutement, les actions vont porter sur une campagne de communication lancée dans le mois à venir, avec une priorité sur les secteurs le plus en difficulté (Vercors et Baronnies), et une sensibilisation des plus jeunes avec notamment un soutien au JSP (Jeunes sapeurs-pompiers) et l’opération des cadets de la sécurité civile. L’objectif est aussi de sensibiliser les femmes, même si dans la Drôme elles représentent déjà 22 % de l’effectif, notamment en précisant que depuis peu les sapeurs-pompiers volontaires peuvent s’engager uniquement sur du secours à personne, ce qui représente 76 % de l’activité des sapeurs-pompiers.

Sur l’aspect disponibilité, le Sdis de la Drôme veut développer le conventionnement avec les entreprises, publiques et privées, qui emploient des sapeurs-pompiers volontaires. Sur un modèle gagnant-gagnant qui consiste à proposer aux entreprises laissant plus de disponibilité à ces salariés pompiers pour leurs interventions, un catalogue de prestations tel des formations gratuites, des simulations d’exercice de crise, des prêts de salles ou de matériel… Le Sdis 26 entend également faire appel à ses « retraités » (la limite d’âge est de 62 ans pour les sapeurs-pompiers volontaires) pour certaines missions technico-logistiques, ce qui permettrait de libérer du temps aux sapeurs-pompiers toujours en activité. Autre action prévue pour améliorer la disponibilité des sapeurs : agir sur leur quotidien pour les libérer de certaines contraintes, en développant des conventionnements avec les bailleurs sociaux pour ce qui concerne le logement ou encore avec les municipalités pour faciliter la garde des enfants quand le volontaire doit partir en intervention.

Enfin, le dernier objectif poursuivi étant la fidélisation de l’engagement (12,8 ans dans la Drôme, un peu supérieur à la moyenne nationale qui est de 11,5 ans), il est prévu de mettre à l’honneur cet engagement avant 20 ans de service comme c’est le cas aujourd’hui, mais aussi de poursuivre la facilitation de l’intégration des nouvelles recrues, et de faire connaître le monde pompier au grand public.

Voilà quelques-unes seulement des actions qui seront menées par le Sdis de la Drôme dans les mois à venir, l’objectif étant d’assurer la pérennité d’un modèle au cœur duquel les sapeurs-pompiers volontaires sont indispensables pour assurer une qualité et une égalité de secours sur l’ensemble du territoire.



Julie Sanchez



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article