ÉCONOMIE

• Mardi 7 février 2017 à 9h19

« L’entreprise doit être au cœur de la réflexion publique »

Président du Medef Drôme-Ardèche depuis le moins de juin dernier, Patrick Gonnin se réjouit de voir une belle dynamique d'entreprises sur le territoire. Reste encore à lever quelques freins pour démultiplier cette dynamique.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Président du Medef Drôme-Ardèche depuis le moins de juin dernier, Patrick Gonnin se réjouit de voir une belle dynamique d'entreprises sur le territoire. Reste encore à lever quelques freins pour démultiplier cette dynamique.

Je souhaite que 2 017 soit l’année de l’entreprise, l’année d’entreprendre. Patrick Gonnin, président du Medef Drôme-Ardèche, donne le cap.


2017 s’annonce chargée en élections et le Medef compte bien jouer sa carte : « nous ne soutenons aucun candidat pour l’instant. Nous allons étudier les programmes de chacun avec un objectif : un retour à une croissance forte et au plein-emploi pour le pays. » Mais cette croissance, « il faut aller la chercher » explique le président drôme-ardéchois, et pour cela les entreprises attendent des choses simples. À commencer par une fiscalité lisible et stable, « conforme à la réalité économique et favorisant la création plutôt que la rente ».

Mais aussi, et ce n’est pas nouveau, une simplification des règles : « Aujourd’hui toute cette réglementation demande beaucoup de temps et d’argent. Or une entreprise doit être sur son produit et pas sur des problèmes d’ordre administratif. On veut une législation plus simple, stable, compétitive et surtout incitative, permettant rapidité et adaptation. »

Enfin, et ce sera un des grands combats du Medef, il faut réduire les charges pour donner de l’air aux entreprises, et cela passe par une diminution de la dépense publique. « Le gouvernement va devoir réfléchir dans ce sens de l’économie car aujourd’hui les dépenses sont considérables. Et il ne faudra pas compter sur l’impôt des ménages pour payer ça, ni sur les entreprises, à bout de souffle. » Le Medef national a déjà mis en avant l’année dernière cette problématique, expliquant que la France enregistrait en 2015 le deuxième ratio de dépenses des administrations publiques le plus élevé de l’Union européenne (à 56,8 %, contre 48,9 % en moyenne pour les pays de la zone Euro). Si les prestations publiques ne sont certes pas les mêmes d’un pays à l’autre, cet écart de 8 points est toutefois reconnu comme exagéré par de nombreux spécialistes. « Nous ne disons pas qu’il ne faut plus de fonctionnaires et surtout pas dans les milieux des armées, de la police et de la santé, là on n’y touche pas. Mais il y a une réorganisation des services à faire, notamment sur les fonctions support. On peut baisser la dépense publique sans pour autant nuire à la qualité des services apportés, ni brader notre modèle social » estime le président drôme-ardéchois.



De belles perspectives en local


Sur un plan plus local, Patrick Gonnin se réjouit de voir de belles perspectives pour les entreprises drômoises et ardéchoises, mais aussi pour le territoire qui fait preuve d’une belle attractivité. « Il y a une dynamique d’entreprises qui marchent et qui recrutent. N’attendons pas tout des politiques non plus, et prenons notre destin en main. »

Le président revient aussi sur la problématique de recrutement rencontrée par de nombreux chefs d’entreprise alors que le chômage n’a jamais été aussi élevé. Les métiers en tension ont du mal à trouver des profils adéquats et il y a un véritable besoin de formation pour que ces métiers trouvent des candidats. Mais là aussi une profonde réflexion est à mener, notamment au niveau de l’apprentissage : « Il faut redéfinir ce qu’est l’apprentissage et ne pas penser qu’on met là uniquement les jeunes qu’on ne peut pas mettre ailleurs. Certains jeunes ont de vraies aspirations et il faut leur apporter les formations nécessaires ».

En résumé, pour Patrick Gonnin il ne manque pas « grand-chose » pour que les choses aillent beaucoup mieux. « Si le garrot est enlevé, on peut y arriver car il y a une vraie dynamique. C’est pourquoi l’entreprise doit être au cœur de la réflexion publique et de la société en 2017 ».



Julie Sanchez


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le Medef Auvergne Rhône-Alpes et ses partenaires ont lancé un nouveau programme dédié exclusivement au développement à l’international des PME de la région. « Export Direct » a pour ambition d’accélérer la croissance des PME en leur proposant un accompagnement sur-mesure selon leur projet à l’export (conseils et financement). L’objectif est d’accompagner une centaine d’entreprises en 2 ans. Les entreprises intéressées doivent s’inscrire sur le site www.export-direct.org et choisir une plateforme de lancement pour présenter oralement leur projet export au comité de sélection. À Valence, cette plateforme se tiendra le 23 février. Plus d’infos sur www.export-direct.org

Réagissez

Réagir à cet article