SOCIÉTÉ

• Dimanche 26 février 2017 à 9h46

Citéa met les gaz

La présidente de VRD Marylène Peyrard entourée d'élus et de partenaires pour l'inauguration des 11 bus au gaz naturel circulant sur le réseau Citéa.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La présidente de VRD Marylène Peyrard entourée d'élus et de partenaires pour l'inauguration des 11 bus au gaz naturel circulant sur le réseau Citéa.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le maire de Valence Nicolas Daragon ravi de l'investissement de VRD qui va participer à diminuer la pollution en ville.

Le syndicat mixte Valence-Romans Déplacements (VRD) s’inscrit dans la dynamique des particules fines et montre l’exemple par son choix d’apporter son écho à la transition énergétique avec la mise en service de 11 nouveaux autobus Urbanway alimentés au gaz naturel.


C’est en présence de Marylène Peyrard, présidente de VRD, Nicolas Daragon, maire de Valence, Ludovic Martin, directeur de Citea, et de nombreux élus et partenaires, qu’ont été présentés, mardi 14 février au kiosque Peynet à Valence, ces nouveaux véhicules qui desservent le réseau de bus de Citea depuis le début de l’année 2017.

La transition énergétique dans les transports constitue un défi à plus d’un titre : la protection de l’environnement, la compétitivité, le bien-être des habitants, la santé, l’attrait économique, l’aménagement du territoire et l’équilibre commercial. Le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre et le transport routier, un contributeur important de la pollution de l’air avec 15 % des émissions nationales et 56 % des émissions d’oxydes d’azote.



8 bus au gaz naturel supplémentaires en 2017


En tant qu’autorité organisatrice des transports et de la mobilité, VRD est en mesure de montrer l’exemple et s’est donné comme objectif de rendre plus propre son parc de bus Citea. 4 e réseau de la Région Rhône-Alpes, le réseau de bus Citea couvre 69 communes du périmètre Valence-Romans et dessert 250 000 habitants. Son parc de 276 véhicules est exploité sur 29 lignes régulières durant la semaine, 11 lignes les dimanches et jours fériés, ainsi que 250 express scolaires. Ce sont plus de 40 000 voyages réalisés en moyenne par jour et 7 millions de kilomètres parcourus chaque année. C’est donc tout naturellement que VRD a investi dans l’achat de ces bus nouvelle génération dont 11 sont déjà en circulation et 8 seront achetés courant 2017, pour un investissement de 3,70 M€.

Les avantages du gaz naturel par rapport au diesel sont nombreux : gaz d’échappement beaucoup moins nocifs sur la santé, essentiellement en termes de particules fines responsables des maladies respiratoires en milieu urbain, niveau sonore significativement réduit et vibrations beaucoup plus atténuées. Identique au gaz de ville servant notamment de chauffage, c’est une énergie primaire extraite de gisements naturels qui ne nécessite aucune transformation susceptible de polluer.

« Je participe avec plaisir à ce lancement. S’intéresser à ce qui pollue c’est s’intéresser à la santé de nos concitoyens. Si on arrive à baisser la pollution de 10 %, on sera déjà heureux et positif pour l’environnement. Depuis le début du mandat, nous avons mis en place plus de bornes électriques, d’autopartage, de station hydrogène et rationalisé le réseau vélo dans certains endroits stratégiques, pour un faible coût. On travaille sur toutes les thématiques pour l’environnement. L’objectif 2018, c’est la ligne 1, la plus importante en termes de passagers, qui sera équipée de bus électriques. Tous ces dispositifs sont accompagnés d’incitation à la prise de transports en commun avec une baisse de prix » déclare Nicolas Daragon.



NZ (CLP)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Produits à l’usine Iveco Bus d’Annonay, les bus Urbanway bénéficient du label OFG (Origine France Garantie). Ce label créé par l’association Pro France et décerné par Bureau Veritas Certification répond pleinement au concept « concevoir et produire en France ». Le site ardéchois emploie actuellement 1 380 salariés et fait appel à plus de 250 fournisseurs et sous-traitants français, confirmant l’engagement d’Iveco Bus dans le tissu industriel national. Pour la 2e année consécutive, l’usine d’Annonay a produit en 2016 davantage d’autobus à motorisations à faibles émissions (GNV et électrique hybride) que d’autobus diesel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires