SOCIÉTÉ

• Vendredi 17 mars 2017 à 9h22

800 personnes pour l’anniversaire des Mandailles

De gauche à droite : le père Rey, l'évêque de Valence et le père Moïse, lors de la messe célébrée à l'occasion de l'anniversaire du collège-lycée des Mandailles.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    De gauche à droite : le père Rey, l'évêque de Valence et le père Moïse, lors de la messe célébrée à l'occasion de l'anniversaire du collège-lycée des Mandailles.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Monique Puillet, fondatrice et directrice de l'établissement entre 1956 et 1988.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Les anciennes photos de classe ont beaucoup de succès.

À Châteauneuf-de-Galaure, le collège-lycée des Mandailles a célébré ses 60 ans. Pour l’occasion, de nombreuses personnalités dont des anciens élèves avaient fait le déplacement pour mettre en avant l’enseignement spirituel et professionnel prodigué au sein de l’établissement.


Tout l’enjeu de la fête organisée pour les 60 ans du collège-lycée des Mandailles, était de réunir un maximum d’anciens élèves. Près de 800 personnes avaient annoncé leur venue. Et, dès 9 h, pour le début des festivités avec la célébration de la messe, il y avait plusieurs centaines de personnes présentes. Parmi elles, le Père Philippe Rey chargé de célébrer la messe avec le Père Moïse en présence de Monseigneur Pierre-Yves Michel, évêque de Valence.


Le père Rey s’est dit très heureux d’être là en ce jour particulier. Élève de 1995 à 1999, il était étudiant dans le domaine des services aux personnes. Il avait eu d’autres occasions de revenir dans les lieux, de rencontrer d’anciens élèves et de participer à la fête du 0 décembre deux ans auparavant. « Je suis content, ça me rappelle des souvenirs. Le lycée, ce sont des années où l’on vit des choses fortes à travers les rencontres et l’esprit de l’école m’a beaucoup marqué » . Il expliquait pour ceux qui n’ont pas fréquenté un établissement similaire : « l’esprit de l’école était donné par la communauté des Mandailles, elle donnait une certaine coloration, un esprit familial. On était reconnu en tant qu’élève avec son histoire, ses faiblesses, ses défauts mais on était accompagné là-dedans, reconnu avec ce que l’on était. Le corps enseignant avait le souci de voir comment on grandissait avec en plus une proposition spirituelle. Il s’appuyait sur la collaboration de l’élève auquel il faisait confiance. On faisait le ménage, on était responsable des lieux qu’on habitait » . Cet esprit n’a pas changé semble-t-il et il reste la grande force de l’établissement.


Un enseignement catholique mis en lumière


Le lycée a été créé en 1956 à la demande de familles de la vallée qui se sentaient proches du foyer de charité. Le lycée se fait un devoir de perpétuer cette vision de l’accueil de tous les enfants, quels que soient leur parcours et leurs capacités. À l’origine, l’école est confiée à une communauté de laïcs, membres du foyer de charité de Châteauneuf réunis autour d’un prêtre. À noter que les foyers de charité sont une œuvre catholique internationale. Ils ont été fondés sous l’impulsion de Marthe Robin et du père Finet, il y a plus de 80 ans.

Lors des interventions qui précédaient le cocktail dînatoire, le chef d’établissement, qui occupe ce poste depuis neuf années, se lançait : « J’ai une impression qu’on répond avec fidélité à nos racines et à notre caractère propre (ndlr : la dimension chrétienne). C’est la volonté de former des hommes complets, pas seulement des techniciens, d’en faire des hommes qui ont une colonne vertébrale, capable de faire leur propre choix » . Il a dit combien c’était pour lui une récompense de voir autant de monde présent, et, même des élèves de la toute première promotion. Il a souligné que ce projet était celui de parents déterminés qui n’ont pas hésité à hypothéquer leurs biens propres pour ouvrir cet établissement. Monseigneur Pierre Yves Michel soulignait quant à lui qu’il sentait une belle fidélité à l’établissement et combien il a fallu de l’imagination, de l’énergie, de la combativité pour réussir. « Cela met en lumière ce qu’est vraiment l’enseignement catholique dans sa dimension profondément humaine et chrétienne dans une même dynamique. On apprend à savoir-être, la relation à l’autre, la responsabilisation et en cela on est dans une belle fidélité au projet de l’enseignement catholique » . Chacun à travers ses mots rejoignait la phrase d’ouverture de la messe prononcée par le Père Moïse « on ne peut dire foyer de charité sans dire famille » .



Une ouverture sur la vie professionnelle


Outre sa dimension spirituelle et humaine, le lycée des Mandailles s’appliquent à former des jeunes gens dans les filières où la demande existe et en adaptant l’enseignement aux besoins. Ainsi, cette année, l’établissement est fréquenté par 290 élèves, 32 enseignants, 17 personnels d’encadrement et service technique et administratif, 15 bénévoles, membres du conseil d’administration élus par l’association familiale de gestion du lycée technique et professionnel des Mandailles auxquels il faut ajouter neuf intervenants bénévoles dont six membres de la communauté du foyer de Châteauneuf-de-Galaure. L’établissement forme des élèves à partir de la quatrième au BTS dans deux filières : le service et le laboratoire. L’établissement des Mandailles s’évertue à nouer des partenariats avec les entreprises ou d’autres entités comme le parc national des Écrins ou des collectivités afin de permettre aux élèves d’accomplir des stages dans des conditions optimales et de leur offrir une ouverture indispensable vers leur environnement professionnel futur. Le lycée technique des Mandailles est un établissement privé catholique sous contrat avec le ministère de l’agriculture. Il dépend du conseil national de l’enseignement agricole privé représenté lors de la journée du samedi 11 mars par son délégué régional, Hervé Barres. De plus, le lycée permet une ouverture sur le monde grâce à un projet annuel se concluant par un voyage à l’étranger.


C.C. (CLP)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article