SOCIÉTÉ

• Dimanche 19 mars 2017 à 9h42

Un terrain de dix hectares envisagé pour la foire du Dauphiné

Le président Jean Robin a officié pour la dernière fois.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le président Jean Robin a officié pour la dernière fois.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Michel Vagnoux a des interrogations quant à l'emplacement de la nouvelle foire.

La traditionnelle assemblée générale des adhérents de l’association de gestion de la Foire du Dauphiné s’est déroulée mercredi 8 mars, dans le palais éponyme sous la présidence de Jean Robin qui laisse le flambeau à Michel Vagnoux après neuf ans de bons et loyaux services à la tête de l’institution romanaise. Le président sortant s’est enorgueilli du bon bilan de l’édition 2016 : « Le chiffre d’affaires s’élève à 1 553 419 € contre 1 542 616 € en 2015, soit une petite augmentation de 1 % pour la foire, ce qui est malgré tout satisfaisant vu le contexte économique » . 120 000 personnes ont déambulé pendant neuf jours à la rencontre des 500 exposants et applaudi des spectacles variés. Point noir pour la foire : la mise aux normes de la sécurité des biens et des personnes avec notamment un budget gardiennage « en constante augmentation, à 83 000 euros contre 76 000 l’année précédente » . Les arrivées des portiques métalliques, les protections en béton et la mise en place de barrières, ont représenté, quant à elles, un coût supplémentaire de 17 000 euros.


Mais la foire du Dauphiné, « ce sont des retombées positives socio-économiques avec 116 emplois fixés dans l’année » , a fait observer la nouvelle directrice, Emmanuelle André. À noter l’entrée au sein du conseil d’administration de quatre personnes : Jérémy Vermotte, Éric Liénart, Claire Didier et Sébastien Bou-Degueurce. La foire qui se déroulera en 2017 du 30 septembre au 8 octobre prochains, connaîtra des modifications avec notamment la suppression du salon des délices, dont le succès a été « relatif » aux dires de Jean Robin.

On prévoit aussi la fin des Trophées de l’entreprise, ce qui a provoqué l’ire de Nathalie Nieson, députée-maire de Bourg-de-Péage, rejointe à ce sujet par son homologue romanaise, Marie-Hélène Thoraval.

Mais elle était attendue surtout au sujet de la nouvelle implantation de la foire du Dauphiné. Après des études menées par l’agglomération Valence Romans Sud Rhône-Alpes et le comité de la foire, le maire de Romans a annoncé lors de l’assemblée qu’un « terrain a été trouvé, de dix hectares, au nord de la ville, près de la rue Nicolas Appert » , précisément dans la zone industrielle. Michel Vagnoux n’a pas tardé à réagir publiquement : « Dix hectares, ça nous va mais avez-vous pensé au stationnement ? Et puis avec quel argent ? J’ai entendu dire que sur les 50 M € votés par l’agglo, Romans n’avait que 15 M € ? » La maire et première vice-présidente de l’agglo ont répondu : « Pour neuf jours de foire, on n’envisage pas un stationnement dédié à l’année. Quant au coût, il a toujours été question de 15 M € » .

Pour ce qui concerne la réalisation de ce futur site, rien n’est encore clairement déterminé. Le déménagement de la foire, à l’ordre du jour depuis dix ans, n’est pas encore sur le point d’être organisé à une date précise.



Pascal Djemaa (CLP)


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article