ENVIRONNEMENT

• Mardi 9 mai 2017 à 9h04

Projet Seringa : l'EcoQuartier de Loriol se dessine

3 000 m2 de jardins partagés ont été créés, des cheminements piétons réalisés, et au total 150 arbres et 700 arbustes ont été plantés pour proposer un quartier à l’environnement préservé.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    3 000 m2 de jardins partagés ont été créés, des cheminements piétons réalisés, et au total 150 arbres et 700 arbustes ont été plantés pour proposer un quartier à l’environnement préservé.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Vu du ciel de ce à quoi ressemblera l'EcoQuartier à terme.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le projet Seringa a été inauguré le 24 avril en présence du maire Claude Aurias et de son prédecesseur Jacques Ladagaillerie, d'Aurélien Esprit et Alain Villard, respectivement président et directeur de DAH.

Il y a plus de 10 ans, quand la ville de Loriol a révisé son PLU (Plan local d’urbanisme), un constat est apparu : la partie sud de la commune est complètement déconnectée du nord, avec au milieu un groupement d’habitats très vieux (quartier La Maladière) entouré d’espace vide. Le maire de l’époque, Jacques Ladegaillerie, imagine alors avec son équipe un projet pour le moins novateur et osé : créer de l’habitat neuf sur un vaste espace vert et développer ainsi un projet d’éco-quartier sur ce secteur. En 2005, la ville achète donc le terrain de 4 ha, appelé Chavat, situé face à la Maladière. Parallèlement, le bailleur social DAH (Drôme aménagement habitat) qui a du mal à entretenir les 171 logements du quartier de la Maladière (qui souffre d’une image dégradée), s’associe au projet de la ville en proposant de “recoudre” l’urbanisation autour des constructions existantes.


Ainsi la ville de Loriol et DAH se lancent dans un vaste projet d’aménagement urbain de près de 8 ha. Appelé Seringa (du nom d’un petit arbre à fleurs blanches), ce projet porte sur la rénovation et la résidentialisation d’immeubles existants, la réalisation d’équipements publics, la création d’un vrai parc urbain, et la construction de bâtiments neufs, durables et respectueux de l’environnement. A cela s’ajoutent des plantations, une micro-crèche, des jardins partagés et familiaux, et un cheminement piéton qui feront de cet éco-quartier un lieu de vie des plus agréables.


Même si aujourd’hui tout n’est pas réalisé, ce nouveau quartier, inauguré il y a quelques jours, se dessine largement. 47 logements ont été démolis par DAH et 124 résidentialisés ou rénovés (dont réhabilitation thermique de 60 logements). DAH a également construit une résidence pour personnes âgées, « Le Clos Seringa », et réhabilité le foyer « Résidence du parc » déjà existant. De son côté, la ville de Loriol a réalisé sur cet espace la micro-crèche « Les lucioles » (10 places) via la Communauté de communes du Val de Drôme, réhabilité les jardins familiaux existants et mis en place 3 000 m 2 de jardins partagés, réalisé un nouveau cheminement piéton, et crée le « parc des couleurs » qui lie l’ancien quartier de la Maladière réhabilité au nouveau quartier situé en face, pour ne faire qu’un seul et même site. Car l’objectif est bien là : changer l’image de ce quartier longtemps décrié pour proposer un lieu de mixité sociale, agréable à vivre.


Pour parfaire les choses et aboutir au projet initial, il reste à construire des logements neufs sur la partie Chavat. Seulement une trentaine aujourd’hui ont été réalisés mais à terme ce sont près de 200 qui prendront place ici, répartis en maisons individuelles et en appartements en location ou en accession à la propriété. Des logements qui devront être de haute qualité environnementale, privilégiant une architecture particulière, des matériaux locaux et les énergies renouvelables.


Julie Sanchez


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le projet Seringa a obtenu en janvier 2015 le label national « EcoQuartier », le premier en Drôme-Ardèche. Un ÉcoQuartier se définit comme un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire. Porté par le ministère du logement et de l’habitat durable, ce label vise à favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, de construire et de gérer la ville durablement.

Réagissez

Réagir à cet article